Terra 24 mai 2017 à 08h00 | Par Chantal Pape

Un nouveau plan d'action à la MSA.

Forte de ses 811 délégués cantonaux, la MSA d'Armorique veut s'appuyer sur ce réseau de terrain pour animer les territoires ruraux. Présenté à l'assemblée générale du 23 mai dernier, un nouveau plan d'action mutualiste fait le point sur leurs rôles et missions.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Jean Le Quéméner, directeur adjoint de la MSA d'Armorique, Philippe Meyer, directeur général, Bernard Simon, président, et Pascal Cormery, président de la caisse nationale de la MSA.
De gauche à droite : Jean Le Quéméner, directeur adjoint de la MSA d'Armorique, Philippe Meyer, directeur général, Bernard Simon, président, et Pascal Cormery, président de la caisse nationale de la MSA. - © Terra

À la fois OPA, organisation professionnelle agricole et organisme de protection sociale, la MSA s'appuie sur un réseau de délégués cantonaux, 24 000 à l'échelon national, 811 pour la MSA d'Armorique dont le rayon d'action s'étend sur les départements des Côtes d'Armor et du Finistère. Une singularité à laquelle les 35 caisses sont attachées. "Ces élus sont notre lien avec le territoire, rappelle Jean Le Quéméner, directeur général adjoint de la MSA d'Armorique. Ils font circuler l'information de la MSA vers le terrain et inversement".

Accompagner les difficultés

Mais leur rôle ne s'arrête pas là ! Et le nouveau plan d'action mutualiste, présenté à Carhaix le 23 mai dernier à l'occasion de l'assemblée générale de la MSA d'Armorique, a rappelé leurs missions. "Face aux crises successives que traverse le monde agricole, ils ont fait de l'accompagnement des exploitants, des salariés et de leur famille un objectif de mandat", indique Bernard Simon, le président de la MSA d'Armorique.

Un objectif qui se décline de nombreuses manières. "Nous avons voulu sensibiliser au risque du suicide en agriculture, explique Jean Le Quéméner. Une pièce de théâtre a rassemblé plus de 1 500 personnes, en une douzaine de représentations en Côtes d'Armor et Finistère. "Nous avons aussi monté un réseau de 64 sentinelles, formées à repérer les situations à risque dans leur entourage et à les orienter vers des professionnels de santé". Et, de manière plus positive, une dizaine de conférences "être heureux, ça se cultive" ont déjà été programmées.

"Le burn out est aussi une réalité en agriculture, rajoute Philippe Meyer, le directeur général de la MSA d'Armorique. Nous accompagnons actuellement une trentaine d'agriculteurs qui ont besoin de prendre du recul par rapport à leur quotidien". La MSA programme aussi des opérations de prévention des risques professionnels, des formations de secouriste au travail...

Des territoires abandonnés

"Toutes les productions vont mal, rappelle Pascal Cormery, président de la caisse nationale MSA. En 2015, 38 % des agriculteurs gagnaient moins de 350 €/mois. Les premières estimations font état de 50 % en 2016". Si la MSA octroie prises en charge de cotisations et autres aides, le président national en est bien conscient, "jamais ces aides ne compenseront la perte économique". Amené à se rendre régulièrement d'un département à l'autre, il constate aussi que "les territoires ruraux se sentent aujourd'hui abandonnés". Et, là encore, les élus de la MSA veulent apporter leur pierre à l'édifice. "Ils ont pour rôle d'animer ces territoires", indique Jean Le Quéméner, en citant des conférences ouvertes à tous sur la prévention santé, des ateliers à destination des retraités pour "bien vieillir"...

Un nouvel ancrage territorial

"Nous avons fait évoluer notre politique d'accueil", indique Jean Le Quéméner, directeur général adjoint de la MSA. Si les accueils physiques sont maintenus à Landerneau, Brest, Morlaix, Châteaulin, Carhaix et Quimper (29), Saint Brieuc, Guingamp, Lannion, Rostrenen, Loudéac, Lamballe et Dinan (22), la MSA privilégie désormais la prise de rendez-vous. "Ils permettent de mieux préparer la rencontre de part et d'autre". Pour aider ses adhérent à franchir un pas supplémentaire, avec la dématérialisation, la MSA vient de nouer des partenariats avec des MSAP, les maisons de services au public. "Ils y trouveront matériel et personnel formé pour utiliser nos services en ligne" :

- Dans le Finistère : St Pol de Léon, Cléder, St Thégonnec, Guerlesquin, Huelgoat, Châteauneuf du Faou, Plogonnec, Coray et bientôt Quimperlé,

- Dans les Côtes d'Armor : Paimpol, Tréguier, Lanvollon, Bourbriac, Corlay, Maël Carhaix, Guerlédan, Merdrignac, Le Mené, Broons, Plœuc l'Hermitage, Matignon, avant l'ouverture prochaine de Jugon les Lacs.

La MSA d'Armorique

241 986 personnes relèvent de la MSA d'Armorique,

147 285 protégées en maladie,

19 302 chefs d'exploitation et 69 380 retraités agricoles,

60 455 salariés actifs et 72 395 retraités,

983 millions d'e de prestations versées dont 612 pour la retraite, 283 pour la maladie et 59 pour la famille.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui