Terra 23 mars 2016 à 08h00 | Par Claire Le Clève

AG de la FDSEA : "Vos actions, c'est notre carburant"

Après une année de mobilisations sans précédent en matière de défense et d'appui auprès des exploitants agricoles, la FDSEA s’est penchée sur le terrain de ses actions, nombreuses et des résultats engrangés. Et c'est par le biais de l'avenir du syndicalisme qu'elle y est revenue, entre action et lobbying, lors d'une table ronde qui a clôturé son assemblée générale, vendredi dernier à Ploërmel.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour la table ronde animée par Hélène Bonneau (de gauche à droite), Marie-André Luherne, secrétaire générale FDSEA, Christiane Lambert, vive-présidente de la FNSEA et Thierry Duval, secrétaire général du Medef de Bretagne et Thomas Guégan, président de JA56,
Pour la table ronde animée par Hélène Bonneau (de gauche à droite), Marie-André Luherne, secrétaire générale FDSEA, Christiane Lambert, vive-présidente de la FNSEA et Thierry Duval, secrétaire général du Medef de Bretagne et Thomas Guégan, président de JA56, - © claire le clève

 

"Merci pour votre mobilisation. Vos actions, c'est le carburant de vos responsables pour porter vos revendications et on va continuer à le faire car la crise n'est pas finie", conclue, Frank Guehennec, président de la FDSEA à l'issue d'une journée où le syndicat a pris ce temps de projection vers son avenir, ce après une année 2015 et un début 2016 "sans précédent en matière de mobilisations". L'occasion de parcourir les 140 ans d'histoire de la FNSEA, les 70 ans de la fédération morbihannaise, se recentrer "sur son ADN", ses valeurs qui la fondent, s'y ressourcer car "on est peut être à un tournant du syndicalisme qui a des choses à réécrire et à réinventer. Notre destin, nous l'avons trop délégué, notamment par rapport à la commercialisation de nos produits, il nous faut reprendre la main sur cette première mise en marché et nous organiser collectivement", encourage-t-il.

Une côte de popularité à transformer

"On est poussé par la base, c'est notre ancrage", situe d'emblée Marie-André Luherne, secrétaire générale de la FDSEA du Morbihan, insistant sur des valeurs communes partagées, "nous défendons en premier lieu des hommes et des femmes et une économie derrière. Nous sommes fiers de voir les cantons se prendre en main, de voir des actions diverses car il y a des sensibilités différentes". Jusqu'à 600 actions agricoles simultanées comptabilisées en France... Et Christiane Lambert membre du bureau de la FNSEA, invitée de la table ronde de le souligner : "vous êtes regardés et enviés les bretons quant à votre capacité de réaction et de mobilisation". Phénomène nouveau, l'entrée en lice des chaînes TV en continu, offrant un continuum médiatique à la mobilisation. Mais attention aux images qui marquent, "certaines actions desservent. Avec 83 % des français qui soutiennent leurs agriculteurs, il faut que nous transformions cette côte de popularité", poursuit la responsable nationale.

 

Actions et lobbying, les deux mamelles du syndicalisme

Idem côté bonnets rouges et abandon de l'écotaxe, rappellera Frédéric Duval, délégué général du Medef de Bretagne. "La Bretagne a eu raison contre la France, à 60 organisations réunies, ce grâce à notre expertise sur le dossier". Car si les actions de mobilisation sont essentielles pour porter des revendications, le travail de dossier est un levier indissociable pour les faire aboutir rappelleront les membres de la table ronde, "il est invisible, mené tout au long de l'année". a permet de parler d'égal à égal avec les hauts fonctionnaires ou les ministres et de les faire plier", estiment le responsable du Medef et Christiane Lambert, décrivant l'équipe de "80 personnes à Paris qui par leur travail de fond nous permettent d'être à l'aise sur tous les sujets". Sans négliger l'impact de la parole portée par un responsable professionnel pour emporter une décision, d'où l'importance "d'envoyer des responsables au national" défendent les morbihannais, en gage de représentation des particularismes départementaux. "Quand on va à la négo, on est bordé parce qu' on n'y va pas deux fois". Compétence donc, "c'est l'expertise, la construire en collectif, c'est une puissance de feu formidable", stratégie aussi, "pour savoir ce que l'on veut" et lobbying : 3 éléments essentiels et complémentaires des actions pour faire advenir des résultats. Sans rien négliger des nouveaux territoires d'influence que sont "les réseaux sociaux, il faut y être et positivement", estiment les participants. Quant à la communication et l'information ce sont "des sujets trop importants pour qu'on les délaissent". Ainsi, "de la commune au bureau national, chaque échelon a son importance", insiste Thierry Coué sur une structuration qui a prouvé son efficacité.

 

Claire Le Clève

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui