Terra 17 octobre 2016 à 08h00 | Par Emmanuelle Le Corre

Bien démarrer avec "10 de conduite rurale"

Depuis plus de 40 ans, l'opération "10 de conduite rurale" sensibilise les jeunes à la bonne conduite des engins agricoles. Encadrée par la police nationale, la formation s'est déroulée la semaine dernière à la maison familiale et rurale de Loudéac.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Vérification du tracteur de haut en bas.
Vérification du tracteur de haut en bas. - © terra

"Vous êtes obnubiler par la manoeuvre ! Regardez dans le rétroviseur avant de reculer", crie de sa grosse voix, le gardien de la paix Philippe Le Bourvellec, aux jeunes BTS présents à la formation. Et de les prévenir :"en cas de contrôle ou d'accident sur la route, c'est vous qui en portez la responsabilité !". Apprendre les règles de sécurité aux jeunes étudiants est un sacerdoce : seule une équipe itinérante en France - composée de huit CRS - réalise la formation mise en place en 1972 par Groupama avec la police nationale, Claas et Total. 40 semaines par an, département par département, ces spécialistes de la sécurité au travail et des dangers de la route, se rendent dans les écoles enseigner la prévention et les bons réflexes d'utilisation des engins agricoles. La semaine dernière, ils étaient présents à la maison familiale et rurale de Loudéac.

Une prise de conscience

Contrôler l'état de fonctionnement du tracteur, mettre sa ceinture, bien contrôler devant et derrière avant de manoeuvrer... des jeunes protestent : "en exploitation, il y a du rendement. On n'est pas là pour enfiler des perles...", déclarent quelques élèves. Qu'importe, les agents de la police nationale n'hésitent pas à rappeler aux élèves les accidents mortels dramatiques qui peuvent survenir. "Il y a 20 enfants d'agriculteurs qui meurent écrasés par an", rapporte le chef de l'équipe, le brigadier Jacques Pruvost. C'est aussi, en cas de surcharge supérieure à 5 %, l'immobilisation du véhicule, l'amende et l'obligation de décharger. "On a eu le cas d'un gamin avec 12 t de surcharge", indiquent aussi les policiers.

Le gardien de la paix Philippe Le Bourvellec avec des élèves de BTS de la MFR de Loudéac.
Le gardien de la paix Philippe Le Bourvellec avec des élèves de BTS de la MFR de Loudéac. - © terra

Une équipe dédiée à la formation
La formation se décompose en deux temps, l'un en salle ; l'autre au volant d'un engin agricole. Pendant quatre heures de cours, les jeunes sont informés de la réglementation relative à la circulation des véhicules et matériels agricoles, sont testés sur leurs connaissances du code de la route mais aussi sensibilisés aux risques liés à la vitesse, à l'alcool et autres psychotropes. Puis encadrés par la police nationale, ils s'appliquent à suivre les consignes de sécurité au volant d'un tracteur ; déplacer des balles rondes en sécurité ; exécuter une marche arrière avec un tracteur attelé. Des notes sont attribuées à chacune des épreuves.
Une baisse des accidents en 40 ans
Le travail n'est pas vains puisqu'en 40 ans d'existence, le nombre d'accidents avec des engins agricoles a été divisé par quatre.
"Il faut informer le plus possible. Les engins sont plus gros et ils roulent plus vite. Aujourd'hui, la conduite d'un engin dans une exploitation agricole n'est pas soumis au permis. Un jeune de 16 ans peut se retrouver sur la route avec 40 t entre les mains", explique le brigadier Jacques Pruvost. Et comme le souligne Philippe Le Bourvellec, "les mauvaises habitudes se prennent vite ; ici, ils apprennent beaucoup". Mais, le policier garde la tête froide : "s'ils appliquent 10 % de ce qu'ils ont appris, c'est déjà ça".

Les chiffres

2 000 à 3 000 jeunes formés par an
près de 40 établissements scolaires visités par an
chaque automne, depuis 30 ans, un championnat de France scolaire

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes