Terra 18 septembre 2014 à 08h00 | Par Lucie De Castro

Chine, le futur eldorado ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans le cadre de la venue des membres de l'AFJA (Association Française des Journalistes Agricoles), le Space a organisé un dîner débat le 15 septembre à 20 h en compagnie des représentants des filières lait et porc.
Dans le cadre de la venue des membres de l'AFJA (Association Française des Journalistes Agricoles), le Space a organisé un dîner débat le 15 septembre à 20 h en compagnie des représentants des filières lait et porc. - © Terra

En amont du Space, lundi soir, s'est tenu un diner débat au centre culinaire comtemporain de Rennes à propos de : l'export, un avenir sûr pour le lait et le porc ? Un continent et un pays sont revenus plusieurs fois au centre de la table : l'Asie et la Chine. Une opportunité à saisir et une réponse partielle à l'embargo russe selon les protagonistes. Refléxion et prudence restent de mise.

Paul Auffray, président de la fédération nationale porcine (FNP) et Christian Couilleau, directeur de la coopérative laitière Laïta se sont accordés sur l'importance de réfléchir sur la stratégie à adopter par filière pour atteindre le marché asiatique et plus particulièrement chinois. Paul Auffray en est persuadé, "une bonne partie des produits peut prendre la direction de l'Asie". Il précise que deux facteurs s'accordent sur l'ouverture du marché chinois en porc : "une production très largement déficitaire en produits porcins, une situation qui sera accentuée par la croissance démographique du pays" et "une image positive de la viande de porc français". En lait, Christian Couilleau, imagine une alliance stratégique internationale. Il continue en admettant que la société Laïta possède déjà des contacts avec le continent asiatique. Il expose sa façon de concevoir une alliance forte et pérenne : "il ne faut pas s'allier avec quelqu'un de trop ressemblant. Il faut une sorte de mélange d'ADN avec une culture commune".

"Le tout export n'existera jamais", cette idée, Christian Couilleau la partage : "cette stratégie du tout export comporte de grands risques. Il faut absolument faire des choix sur les cibles et sur les produits pertinents". Jacques Jaouen, président de la chambre régionale de Bretagne est, lui aussi, en accord avec cette idée. Il revient sur les possibilités de marchés existantes et préconise "une stratégie à partager avec l'ensemble de la filière". Il illustre ce propos par le travail prospectif mené en Bretagne Pays de Loire. Parmi 6 à 8 scénarios sur l'avenir de la filière lait après les quotas, le scénario du "un milliard de litres de lait en plus" a été sélectionné. Certains éleveurs laitiers ont déjà commencé à suivre le mouvement.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui