Terra 20 avril 2017 à 08h00 | Par Hervé Plagnol, Agra

Christiane Lambert, pour des consommateurs alliés des agriculteurs

Tout juste élue présidente de la FNSEA par le conseil d'administration le 13 avril, Christiane Lambert a fait du dialogue avec les consommateurs un des axes forts des années à venir pour le syndicat agricole majoritaire. "Il nous faut reconquérir des prix agricoles en dialogue avec le consommateur" a-t-elle indiqué, poursuivant : "C'est un rendez-vous à ne pas rater".

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Christiane Lambert succède à Xavier Beulin à la présidence de la FNSEA.
Christiane Lambert succède à Xavier Beulin à la présidence de la FNSEA. - © Actuagri

l faut en finir avec "le dogme des prix bas", déclarait en substance Christiane Lambert. Car c'est ce dogme, partagé par les politiques, qui coûte aux agriculteurs et leur fait perdre toute rentabilité. Mais, pour cela, il faut convaincre le consommateur que, lorsqu'il demande à l'agriculture de respecter l'environnement, le bien-être animal, il ne faut pas en même temps choisir les plus bas prix ou se tourner vers les produits alimentaires importés. C'est là toute la démarche décrite par la nouvelle présidente de la FNSEA qui fait de ce dialogue avec le consommateur un des axes forts de son mandat.

Travail collégial

La nouvelle équipe de la FNSEA, et notamment Henri Brichart qui a en charge ce dossier, a aussi estimé qu'il fallait accepter de décider d'une réforme de la PAC plus tard que prévu (2020) si c'était nécessaire pour réaliser "une bonne réforme". D'autant qu'il y a des inconnues comme l'impact du Brexit sur le budget. En tout cas, expliquait Henri Brichart, "il faut un bon projet pour la Pac et de ce projet doit découler un bon budget".

La nouvelle présidente, de fait, annonce clairement qu'elle veut travailler en équipe. Une équipe qui n'est pas fondamentalement changée par rapport à la précédente. Elle a pris tout son temps pour la présenter le 13 avril, s'amusant à intituler G7 les sept principaux membres de sa "garde rapprochée". La présidente de la FNSEA a aussi insisté sur le fait qu'elle travaillera en s'appuyant sur les organisations qui font partie du réseau FNSEA (Afdi, Trame, Solaal, Vivea, Ifocap, centres de gestion) ainsi que sur les 31 associations spécialisées. Sans oublier les commissions de la FNSEA et la commission syndicale.

Plus largement, la nouvelle équipe n'exclut pas de prendre des positions communes avec les deux autres syndicats agricoles représentatifs, comme ce fut le cas sur l'élevage et la viande au dernier salon de l'agriculture.

Dialogue avec le consommateur, travail collégial... tout en se mettant sur les voies de son prédécesseur Xavier Beulin (redonner des perspectives économiques aux agriculteurs, travailler sur la réduction des charges, créer de la valeur et la ramener à l'agriculteur, s'appuyer sur des filières solides...), Christiane Lambert s'efforce aussi de marquer le début de son mandat par une sensibilité personnelle.

 

 

Une battante à la prÈsidence de la FNSEA

L'élection de Christiane Lambert à la présidence du principal syndicat agricole français est une suite logique de la disparition soudaine de Xavier Beulin. Lui présidait le syndicat depuis 2010 et s'apprêtait à briguer un nouveau mandat. Son décès en février dernier quelques jours avant le Salon de l'agriculture et à quelques semaines du congrès national de Brest a bouleversé la donne. Sans successeur désigné, la FNSEA a fait le choix de la raison dans un contexte politique compliqué. Présidentielle, négociations à venir sur la politique agricole commune ou encore prochaines élections aux chambres d'agriculture ont transformé en évidence la candidature de Christiane Lambert à la présidence du syndicat. Mais, à 55 ans, cette Auvergnate d'origine devenue éleveuse de porcs dans le Maine et Loire n'est pas une inconnue dans le paysage syndical agricole. Rompue aux débats contradictoires sur les plateaux TV, les radios autant qu'aux innombrables échanges avec ses collègues agriculteurs, elle connait ses sujets sur le bout des doigts et sait les défendre avec vigueur et pugnacité. Femme de dialogue, elle est aussi une redoutable contradictrice, notamment face aux représentants politiques. Elle s'est engagée très tôt dans le syndicalisme jeune, dès son installation en 1980, dans son Cantal natal, puis dans le Maine et Loire où elle s'installe à nouveau en 1989 avec son mari. Jusqu'à devenir présidente du CNJA de 1994 à 1998. Elle est convaincue de la pertinence du modèle de l'agriculture familiale, qu'elle a défendu en plaidant l'idée d'une installation pour un départ d'agriculteur à la retraite. Un vœu pieux peut-être, mais qui a fait d'elle une syndicaliste fervente, une meneuse aussi, très affirmée dans ses principes. Elle croit aux vertus de la pédagogie sur le métier d'agriculteur en direction du grand public, mission qu'elle a longtemps portée en présidant le Forum de l'agriculture raisonnée respectueuse de l'environnement (Farre). Plus récemment, devant la montée en puissance des mouvements anti-élevage, elle est régulièrement montée au créneau pour rappeler aux uns que la maltraitance animale était incompatible avec le métier d'éleveur et aux autres que l'élevage n'était pas incompatible avec le bien être animal... Une manière encore nouvelle de chercher à réconcilier agriculteurs et consommateurs, dont elle voudrait qu'ils soient des alliés, y compris dans la définition d'un prix juste des produits agricoles. Autant de positions qui en apparence au moins la différencient de son prédécesseur Xavier Beulin, perçu dans l'opinion comme le représentant d'une agriculture industrielle. Mais sur le fond, il n'y a pas rupture, Christiane Lambert incarne la défense de la profession avec la même énergie et les mêmes valeurs.

Paul Jégat

 


- © FNSEA

Le bureau

Présidente : Christiane Lambert (49)

Secrétaire général : Jérôme Despey (34)

1er vice-président : Henri Brichart (02)

2e vice-président : Henri Biès-Péré (64)

Secrétaires généraux adjoints : Daniel Prieur (25), Eric Thirouin (28), Patrick Bénézit (15)

Trésorier : Philippe Pinta (02)

Vice-présidents : Thierry Coué (56), Etienne Gangneron (18),
Joël Limouzin (85), Luc Smessaert (60), Jérôme Volle (07)

Membres : Dominique Fayel (12), Hervé Lapie (51), Arnaud Rousseau (77), Jérémy Decerle (71), Jacqueline Cottier (49), Guy Jacob (27), Robert Verger (69), Eric Lainé (51), Arnold Puech d'Alissac (76), Daniel Peyraube (40), Marie-Thérèse Bonneau (85), Bruno Loillier (51), Pascal Cormery (37).


Les administrateurs de la FNSEA

16 % de femmes, 84 % d'hommes

74 ha en moyenne par actif exploitant

90,6 % sont engagés en forme sociétaire

78 % des administrateurs emploient un ou plusieurs salariés

72 % des administrateurs sont membres de Cuma

47 % des administrateurs accueillent le public sur leur exploitation ; 25 % font de la vente directe

Répartition par productions : 25 % en grandes cultures, 32 % en polyculture-élevage, 18 % en culture spécialisées, 25 % en élevage

7 % sont spécialisés en bio, 53 % sont engagés dans des démarches qualité, 31 % produisent sous signe de qualité, 17 % produisent de l'énergie, 74 % sont engagés dans des actions en faveur de l'environnement.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes