Terra 31 mars 2016 à 08h00 | Par Frank Guéhennec, président de la FDSEA du Morbihan

Collectivement, réécrire notre avenir

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Terra

Depuis bientôt un an, les mobilisations se sont multipliées avec trois grands objectifs. Obtenir une juste répartition des marges afin de capter une partie de la valeur qui doit nous revenir au travers notamment de l’étiquetage de la mention d’origine sur les produits alimentaires. Aller vers une diminution des charges pour remettre nos exploitations dans les mêmes conditions de production que nos voisins européens. Je parle des charges environnementales qui doivent évoluer vers plus de pragmatisme et d’équité entre les pays de l’UE. Je parle aussi des charges fiscales et sociales sur lesquelles nous devons encore obtenir des allègements et des évolutions. Enfin la pression mise sur la GMS par les mobilisations durant l’été 2015 a permis d’interpeller les responsables, de créer un rapport de force et, enfin, obtenir un prix rémunérateur. Nous avons évité que les négociations commerciales ne se fassent à la baisse et contribué ainsi au maintien des prix sur le marché intérieur. Mais nous n’avons pas obtenu une réelle transparence sur les volumes achetés par la distribution et les prix de l’exploitation au consommateur. Cette transparence est indispensable. Nous en sommes encore loin. Le syndicalisme ne pourra pas seul enrayer la spirale des prix à la baisse, chacun dans les filières doit y contribuer, notamment les transformateurs…

Toutes les actions de notre réseau syndical ont permis de sensibiliser les élus. Nos politiques ont compris le désarroi que vit actuellement le monde paysan. Ils ont pris conscience des effets dévastateurs que cette crise pourrait avoir sur leurs territoires si rien n’est fait très rapidement. Localement, les rencontres avec les élus locaux ont été l’occasion de dire haut et fort que nous n’avions pas besoin de discours mais d'actions concrètes et que, surtout, chacun pouvait agir. Chaque décision a un effet potentiel sur notre agriculture, positif ou négatif, dans les CLE, les Sage, les structures de bassin versant ou le choix du "manger français" dans les cantines. Nos échanges ont aussi permis de redire que l’agriculture était plurielle et qu’il fallait les défendre toutes, chacune ayant sa place dans le tissu économique et social, du local à l'international. Nous sommes au bout d’un système qui, en vingt ans, a permis des gains de productivité qui ont été captés par ceux qui nous entourent. Les éleveurs n'ont d'autre choix que de reconquérir cette valeur perdue pour se redonner des perspectives. Des exemples réussis existent comme celui de la filière oléoprotéagineux qui a su en période de crise s’organiser. Pourquoi ne pas créer un fonds structurel dédié aux filières de l’élevage qui serait géré par des paysans pour des paysans. Un tel fonds permettrait de peser sur la restructuration de nos filières animales, en s’appuyant sur les interprofessions qui collectent déjà des contributions auprès des éleveurs.

Pourquoi ne pas s’impliquer à nouveau sur la commercialisation de nos produits en reprenant la main sur la première mise en marché. Le syndicalisme ne peut pas tout, mais avec les OP et la cooperation, par une organisation transversale, nous devons pouvoir nous réapproprier et capter une partie de la valeur de nos produits.

Au-delà de la recherche de solutions conjoncturelles, nous allons devoir reprendre notre avenir en main afin que l’exploitation et l’exploitant soient remis au centre des décisions. Le fonctionnement de toutes les filières agricoles est à bout de souffle. Nous allons devoir réécrire collectivement notre avenir pour l'éclaircir.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui