Terra 12 octobre 2015 à 08h00 | Par Emmanuelle Le Corre

Défendre les atouts du salariat en élevage porcin

Des salariés enquêtés par la chambre d'agriculture de Bretagne expriment les atouts et les contraintes de leur métier. Une mine d'arguments à exploiter pour convaincre les futurs salariés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
39% des personnes interrogées aiment l'autonomie et 35% apprécient de voir le fruit de leur travail.
39% des personnes interrogées aiment l'autonomie et 35% apprécient de voir le fruit de leur travail. - © Patrick Forget

De nombreux observateurs pointent la productivité du travail comme le grand facteur limitant du développement des entreprises agricoles. Alors que les caméras sont fixées sur les difficultés de la filière porcine, la question du salariat en élevage porcin n'en est pas moins un enjeu crucial. "Dans beaucoup d'exploitations porcines, la main d'œuvre est toujours en tension", relève Danielle Even, vice-présidente(1) de la chambre d'agriculture de Bretagne, lors d'une rencontre organisée à l'occasion du Space. Les travaux d'une enquête des chambres d'agriculture de Bretagne (2) ont décortiqué le métier sur la base de 4 enquêtes réalisées auprès d'éleveurs et de salariés d'élevages porcins. L'étude se révèle être une bonne base de travail pour ceux dont le but est de recruter de nouvelles compétences, en dehors de la profession agricole.

Un métier avec des atouts

Interrogées, 39 % des personnes aiment l'autonomie dans leur travail et 35 % apprécient de voir le fruit de leur travail. "Parmi les atouts du métier, on note la variété des postes, la technicité des tâches, la possibilité d'autonomie et les postes à responsabilités... La proximité géographique et les horaires de "bureau" sont cités comme des critères de choix", explique Catherine Depoudent, du pôle porc. À l'inverse, des salariés non issus du milieu agricole "déplorent le manque de reconnaissance de leur profession par leur entourage". Pour certaines femmes, les remarques des familles - par méconnaissance - sont parfois mal vécues. La répétitivité des tâches est un point également exprimé.

Côté employeurs, un des principaux critères de sélection des candidats n'est autre que la motivation. Un candidat "motivé", "bosseur" et "volontaire" aura toutes les chances d'être recruté. Quant aux tâches attribuées, "il semblerait que les employeurs ne mettent pas en oeuvre volontairement un recrutement favorisant un genre ou l'autre", note les auteurs de l'étude. Pour autant, 76 % confieraient plus facilement certaines tâches aux hommes : le lavage et le bricolage/ entretien ; 66 %, la maternité et le soins aux animaux, aux femmes.


(1) Présidente du groupe permanent Emploi, formation, installation et transmission de la chambre régionale.  (2) Etude diffusée en 2014 sur le salariat en élevage porcin par C. Depoudent, M-L Grannec et L. Le Moan, pôle porc des chambres d'agriculture de Bretagne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui