Terra 16 novembre 2017 à 08h00 | Par Frank Guehennec, président de la FDSEA du Morbihan

Des annonces qui mettent en… effervescence

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Frank Guehennec, président de la FDSEA du Morbihan
Frank Guehennec, président de la FDSEA du Morbihan - © Terra

Il y a près d’un mois, le Président Macron clôturait le premier chantier des États généraux de l’alimentation (EGA) par un discours très attendu. Après deux mois de réflexions et de discussions, au sein des multiples ateliers, au cours des nombreuses réunions menées au pas de course, la synthèse semblait impossible et pourtant il a réussi à donner un cap et une dynamique positive… sans pour autant réussir à nous rassurer sur le résultat final.

Car ne l’oublions pas, ces EGA devaient avant tout permettre enfin aux agriculteurs et agricultrices de vivre dignement de leur métier. Force est de constater que ce discours de clôture du chantier 1 semble plein de promesses et répond à beaucoup de nos demandes, notamment sur la construction du prix des produits agricoles en partant du coût de revient (à partir d’indicateurs de coût de production notamment). Pourtant, un mois après, nous avons du mal à savoir où nous en sommes. Les plans de filières se construisent dans l’opacité en oubliant l’objectif de départ : les prix à la production. Eh oui, ce sont les interprofessions qui sont en charge de construire ces fameux plans de filières (basés en partie sur des contrats types) qui devraient tous nous ramener de la valeur et du prix… sauf qu’au sein de ces interprofessions, les producteurs sont loin d’être majoritaires et que les transformateurs et les distributeurs veulent aussi sortir leur épingle
du jeu….

Le postulat de départ était de retrouver une rémunération digne pour les exploitants agricoles.

On parle aujourd’hui de valeur, de transition du modèle agricole, de réponse aux attentes sociétales alors même que la société n’est pas prête à payer la valeur réelle des choses. Les bonnes pratiques des agriculteurs et agricultrices français ont un prix qui n’est aujourd’hui pas payé à sa juste valeur… Sans être trop ambitieux, il est nécessaire de répondre à ce dilemme et de ne pas perdre l'ambition de départ. Les EGA le permettront-ils ?

Après l’effervescence des annonces, il est temps de "phosphorer" pour rester force de proposition et ne pas laisser une fois encore les autres décider de notre avenir ! Nous avons des propositions simples sur la construction du prix, sur la mise en valeur de tous nos modes de production… Il suffit de remettre les producteurs au centre du débat pour aller droit au but.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui