Terra 10 mars 2016 à 08h00 | Par Chantal Pape

Des JA conquérants

Une salle pleine à craquer, un nombre d'adhérents en forte hausse, des propositions pour faire face à la crise... L'assemblée générale des Jeunes agriculteurs, le 4 mars dernier à Châteaulin, l'a démontré : l'agriculture peut compter sur une jeune génération dynamique et motivée, qui veut croire que demain sera meilleur. A condition d'être unis !

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © C.Pape

"Aux JA, depuis le 3 septembre et le déplacement de 70 tracteurs finistériens à Paris, il n'y a plus de producteurs de porcs, de lait ou de légumes mais des agriculteurs unis pour défendre une cause commune". A la tête des Jeunes agriculteurs depuis deux ans et ne sollicitant pas le renouvellement de son mandat, Sébastien Louzaouen a profité de l'assemblée générale, le 4 mars dernier à Châteaulin, pour faire un premier bilan. Certes, le grand rassemblement à la capitale, initié par JA 29, restera dans toutes les mémoires. "Mais nous avons aussi augmenté le nombre de nos adhérents de 35%, remis sur pied les cantons de Quimper-Plogastel Saint Germain et Plabennec et relancé des activités dans tous les cantons".

Salle comble, vendredi dernier, à Châteaulin, pour l'AG des Jeunes agriculteurs !
Salle comble, vendredi dernier, à Châteaulin, pour l'AG des Jeunes agriculteurs ! - © Chantal Pape

Etiqueter

Ces deux années ont aussi vu le lancement de l'opération Viande de nulle part, pour dénoncer l'absence d'indication de provenance d'abord sur la viande de porc fraîche et transformée puis sur le lait. "Nous en avons passé du temps en magasin, à étiqueter, rappelle David Louzaouen, secrétaire général des JA. Mais on ne lâchera rien". Le décret, qui ne concernera que les produits contenant plus de 50% de viande, ne les satisfait pas totalement. "Et il y a encore du boulot à faire en restauration hors foyer".

 

Massifier l'offre

Pour autant, les JA en sont bien conscients, une meilleure identification des produits ne suffira pas à elle seule à régler la crise. Pas plus que la contractualisation, annoncée ces derniers jours par certaines enseignes à grand renfort de publicité dans les journaux. "C'est une fausse bonne idée ! Elle va asservir davantage encore les producteurs à la grande distribution. C'est le début de l'intégration".

La solution ? "Notre division fait notre faiblesse, estime Sébastien Louzaouen, qui interpelle les responsables de groupements ou coopératives. Il faut absolument massifier l'offre pour peser face à la grande distribution. Ils sont 4 acheteurs et nous, on n'est même pas capables d'avoir un bureau de vente". Un sujet sur lequel les JA attendent des réponses rapides. "Sinon, on se révoltera, y compris au sein de nos structures ! Nous ne sommes pas écoutés alors que ce sont nous, les jeunes, qui ferons l'agriculture de demain".

 

Les mêmes règles

"On ne se bat pas à armes égales". Même s'ils reconnaissent que la baisse des charges sociales est "une avancée", les JA ont aussi profité de leur assemblée générale pour dénoncer, une fois encore, les distorsions de concurrence, qu'elles soient fiscales, sociales ou réglementaires, au sein de l'Union européenne.

Mais, même si la crise affecte toutes les productions, les JA se veulent optimistes. "L'agriculture a encore de l'avenir ! On y croit, sinon on ne serait pas si nombreux ce soir".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui