Terra 20 mars 2014 à 08h00 | Par Loïc Guines Président de la FDSEA d'Ille et Vilaine

Des outils à la dimension de la tâche

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Terra

Dimanche auront lieu les élections municipales. La commune n'est pas un lieu d'orientation pour l'agriculture. Mais c'est souvent un lieu où des freins apparaissent : construction d'un bâtiment, circulation des engins, consommation de foncier. Alors que l'impact - négatif comme positif - peut être très fort pour l'économie locale, les agriculteurs perdent pieds dans ces lieux essentiels de décisions pour les questions quotidiennes.

Avril verra l'Assemblée nationale étudier la loi d'avenir de l'agriculture en seconde lecture. Le projet initial manquait totalement de souffle et d'ambition. Comment reconquérir le marché national, comment aborder les marchés internationaux, avec les charges et les lourdeurs administratives françaises ?

Juin verra un nouveau Parlement européen élu. Le Parlement est maintenant une instance co-décisionaire, sur le budget,la PAC, l'environnement … Il a de plus en plus de pouvoir, mais ne l'a pas utilisé par exemple pour régler la question des distorsions de concurrences sociales entre Etats.

Il faudrait de plus ajouter à ce tableau le pacte d'avenir breton, qui orientera pour les cinq années à venir l'essentiel des budgets régionaux et du contrat de plan Etat Région.

Nous sommes aujourd'hui à une période charnière. Pourtant, deux préalables majeurs ne semblent pas à ce jour avoir été levés. Le premier : quelle ambition fixons-nous à notre agriculture ? Le second : qu'est-ce qu'un agriculteur aujourd'hui ? Quel type d'agriculture voulons-nous promouvoir pour demain ?

L'agriculture bretonne a de tous temps été ouverte au monde. Lui couper les ailes et la restreindre à son seul espace local, c'est la condamner à la régression, à la décroissance. La dessiner ouverte, c'est lui permettre d'accueillir de nouveaux agriculteurs et de nouvelles formes d'agriculture.

Des marchés existent, d'autres émergent, des perspectives nouvelles se dessinent. Il serait irresponsable de ne pas en tenir compte au moment où se définissent les outils d'orientation pour demain. Répondre aux attentes du marché, c'est entendre les demandes de la société, en volume, en qualité, en environnement, en emplois. C'est très probablement hausser encore la formation pour prendre en compte ces enjeux, c'est professionnaliser les démarches de production, et de certification.

L'avenir de l'agriculture peut se dessiner en mode positif. Mais les outils d'accompagnement et d'orientation doivent être dimensionnés à la tâche à accomplir.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui