Terra 19 juin 2014 à 08h00 | Par Claire Le Clève - Audrey Dibet

En attendant le retour de l'écotaxe

Mobilisation faible et disparate des Bonnets Rouges samedi dernier devant les préfectures et sous-préfectures bretonnes. Et pour cause, attendues pour le 11 juin, les annonces gouvernementales d'un retour à l'écotaxe n'ont pas été faites, en raison dit-on d'un retard à boucler le plan de transition énergétique que Ségolène Royal devait présenter en conseil des ministres. Aussi, du coté des Bonnets Rouges... et pas seulement eux, on reste en veille, prêt à remobiliser en prévision de nouvelles et très prochaines annonces d'une version revisitée de l'écotaxe. Ainsi, il est déjà question d'une journée d'actions nationales mardi prochain, 24 juin, à l'initiative cette fois des FDSEA et de la FNSEA. D'ici à ce que le mouvement reprenne une nouvelle ampleur, il n'y a qu'un pas.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © TERRA

A Vannes

Ils étaient 80 bonnets rouges à s'être réunis samedi midi, à Vannes,  devant les grilles de la préfecture dans l'espoir de rencontrer le préfet du Morbihan pour lui remettre les 11 mêmes doléances que celles portées dans les 18 préfectures et sous-prefectures de Bretagne où se déroulaient des rassemblements identiques. Doléances au premier rang desquelles figure la suppression de l'écotaxe et la réunification de la loire-Atlantique à la Bretagne. "On attend une réponse de François Hollande. On a beau lui écrire, il ne nous répond pas", s'impatientait Michel Thierry, porte parole du comité vannetais, à la tête d'une manifestation qui s'est soldée sur un pique nique au pied des grilles préfectorales, sous les drapeaux bretons, et sur appel à la mobilisation, le 28 juin prochain à Nantes.

- © TERRA

A Pontivy

A quelques kilomètres de là, la présence des transporteurs a été remarquée dans les rues de Pontivy, autre lieu de rassemblement des bonnets rouges, en ce samedi après-midi. "Ne tombons pas dans le panneau de la nouvelle mouture de l’écotaxe. Avec un linéaire réduit à 5 000 km, l’écotaxe ne servira qu’à rémunérer la société Ecomouv la première année, et nous reviendrons tôt ou tard au dispositif initial. Nous réaffirmons notre opposition totale à cet impôt", a prévenu Claude Rault, un transporteur pontivyen (70 camions, 80 employés), prêt à se mobiliser, "davantage s’il le faut", pour défendre sa profession. "400 000 emplois ont été perdus chez les transporteurs ces cinq dernières années en France et si l’on ne fait rien, ce sera 400 000 chômeurs en plus dans les cinq ans à venir", a-t-il souligné devant les grilles de la sous-préfecture. Autre profession particulièrement touchée, l’agriculture et son tissu d’entreprises émaillées sur le territoire. "Nous nous battrons pour que ne soit jamais mis en place cet impôt parfaitement injuste et le moins rentable de l’État français", remarquait Thierry Coué, président de la FRSEA. Agriculteurs, transporteurs mais aussi salariés, militants... tous étaient représentés en ce 14 juin pour rappeler les onze revendications des bonnets rouges et montrer leur détermination face à un gouvernement qu’ils estiment "sourd" au peuple breton.

- © TERRA

A Quimper

Forte mobilisation des bonnets rouges ici à Quimper avec Thierry-Merret, co-porte parole du mouvement, en présence d'un important dispositif policier. Ils étaient également nombreux à Morlaix.

Le calendrier du projet de loi sur la transition énergétique

"Le Premier ministre a l’intention de saisir le Conseil économique, social et environnemental, très prochainement, avant l’examen du projet de loi (de programmation sur la transition énergétique) par le Conseil des ministres en juillet", a affirmé Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, à Jean-Paul Delevoye, président du CESE, dans une lettre datée du 10 juin, publiée le 17 juin. Le même jour, le CESE a affirmé que son projet d’avis serait soumis au vote en Assemblée plénière, le 9 juillet. Jean Jouzel, rapporteur de la loi pour la section environnement du CESE, et Laurence Hézard pour la section activités économiques, débuteront leurs travaux à réception du projet de loi prévue le 18 juin. Pour sa part, Jean-Paul Delevoye, président du Conseil économique social et environnemental, a demandé que la loi transcende les partis politiques : "j’espère que la loi fera la différence entre la conquête d’un électeur de plus et l’intérêt général". Ségolène Royal devait présenter les grandes lignes du projet de loi sur la transition énergétique à la presse mercredi.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui