Terra 06 juillet 2017 à 10h00 | Par Claire Le Clève

Entr’Agri, une cellule qui veille

"Il y a toujours une solution". Repérer les agriculteurs en difficulté et trouver une solution, pour chacun d’eux, dans leur intérêt et celui de leur famille, c’est tout l’objectif d’Entr’Agri. La cellule de veille s’est mise en place dans le Morbihan. Pour l’encadrer, une charte, une éthique et de la confidentialité pour tous les organismes engagés dans ce repérage des situations difficiles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour Frank Guéhennec, de la FDSEA et Alain Guihard de la chambre d’agriculture, membres de la cellule de veille d’ Entre’Agri, "ne jamais perdre du vue qu’il y a toujours une solution".
Pour Frank Guéhennec, de la FDSEA et Alain Guihard de la chambre d’agriculture, membres de la cellule de veille d’ Entre’Agri, "ne jamais perdre du vue qu’il y a toujours une solution". - © Claire Le Clève

 

 

"L’exploitation, ce n’est qu’un outil de travail qui doit permettre de dégager un revenu pour vivre. On ne doit pas en être l’esclave. Il faut sortir de ça !", estime pragmatique et volontaire, Alain Guihard, vice président de la chambre d’agriculture du Morbihan. "Avoir des difficultés dans cet environnement de crise, ce n’est ni une honte, ni un échec personnel", renchérit-il avec Frank Guéhennec, président de la FDSEA du Morbihan. Depuis plus d’un an et demi, ces membres du comité agricole départemental (CAD) et du RIO (Réseau inter organisations), s’activent dans leurs organisations et rongent leur frein car dans les campagnes, hommes, femmes et familles sont à la peine.

Morale et financière, la double de la crise

"On a perdu suffisamment de temps", s’impatiente Alain Guihard face à cette crise qui se prolonge depuis plus de deux ans, "notamment chez les laitiers. Comment faire dans plus du tiers des exploitations où il n’y a pas de salaire, plus d’investissement...". "Au delà de la crise financière, c’est la crise morale", s’insurgent les deux éleveurs laitiers soulagés de voir enfin advenir Entre’Agri, une cellule professionnelle, permettant de détecter, de signaler et de venir en appui aux exploitants en difficulté et ce, "dans l’intérêt de l’agriculteur et en toute confidentialité. Trop souvent, chacun essaie de tirer la couverture à soi, de récupérer des billes, la banque, l’organisme social ou économique", déplore Frank Guéhennec.

Il y a un après

L’ambition d’Entre’Agri est claire : "être aux côtés de ceux qui ont des difficultés pour trouver des solutions, des perspectives. Faire entendre qu’on peut aussi quitter cette profession, se reconvertir et qu’il y a un après ", qui n’a rien d’un naufrage pour ces deux responsables combattant aussi le poids culturel de l’attachement à la profession. Le problème ? "C’est de repérer les situations difficiles", d’où l’intérêt du réseau mobilisable, du travail d’équipe en toute discrétion. "Ce peut être l’inséminateur, le contrôleur laitier, le conseiller bancaire…. Ce sont autant de personnes capables de détecter une situation difficile et de la relayer au référent désigné dans son organisme pour orienter vers la cellule professionnelle qui mobilisera dans la discrétion les différentes compétences et privilégiera un traitement collectif et rapide", détaillent les membres de cette cellule en veille.

Responsabilité collective face à la détresse individuelle

"Au CAD, nous considérons que nous avons une responsabilité collective à intervenir et trouver une solution en fonction de ce que les gens souhaitent", note Frank Guéhennec.

Et d’en appeler à la vigilance de chacun, "pour détecter et signaler les cas de détresse, ce peut être aussi un maire, un élu. On a besoin de tout le monde pour détecter les agriculteurs en crise morale et financière et ne pas les laisser seuls. Ils ne sont pas responsables de cette crise, ce n’est pas un échec. En parler, c’est déjà être sauvé", encourage Alain Guihard face au déni qui souvent conduit au mutisme, à l’enfermement sur soi, aux courriers et factures qui s’entassent…et parfois au geste désespéré. Pour agir, un numéro dans chaque département est désormais disponible pour contacter chaque cellule de veille. Dans le Morbihan : 02 97 46 22 07

Claire Le Clève

" C’est de notre responsabilité collective d’intervenir "

 

 

Entr’agri est composé de membres de la FDSEA, chambre d’agriculture, MSA, des banques, des organisations techniques telles que BCLE Ouest, Evolution, GDS, le Sérémor, les coopératives, la DDTM

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui