Terra 08 juillet 2015 à 08h00 | Par Chantal Pape

FDSEA et JA haussent le ton

Répondant à un mot d'ordre national (voir aussi en Actualité), la FDSEA et JA ont organisé, eux aussi, une "nuit de la détresse", jeudi soir, place de la Résistance, à Quimper. L'occasion de crier leur détresse, avec des prix de vente qui ne couvrent pas leurs coûts de production. Et de lancer une dernière alerte...

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le 2 juillet dernier, une trentaine de tracteurs et remorques ont fait le déplacement jusqu'à la place de la Résistance, à Quimper.
Le 2 juillet dernier, une trentaine de tracteurs et remorques ont fait le déplacement jusqu'à la place de la Résistance, à Quimper. - © FDSEA/JA 29

"Plus de prix, moins de normes". Le 2 juillet, place de la Résistance, à Quimper, ils sont plus de 300 agriculteurs à avoir répondu à l'appel de la FDSEA et des JA. Et, après un barbecue bon enfant à 19h30, les prises de parole s'enchaînent. Lait, porc, viande bovine, légumes...les revendications se ressemblent et tiennent en peu de mots. "Toutes les productions subissent une forte baisse des prix. Et le prix payé au producteur ne permet pas de couvrir ses coûts de production".

 

De gauche à droite : Thierry Merret, président de la FDSEA, et Sébastien Louzaouen, président des JA.
De gauche à droite : Thierry Merret, président de la FDSEA, et Sébastien Louzaouen, président des JA. - © FDSEA/JA 29

Marre des promesses

 

"Ca fait déjà un an qu'on alerte, s'agace Sébastien Louzaouen. On en a marre des belles promesses". Et le président des JA de dénoncer les discours des uns et des autres. "Les distributeurs achètent de pleines pages de pub dans les journaux pour dire qu'ils paient plus le porc ou la viande bovine. Mais on n'en voit pas les résultats".

Et distributeurs et industriels se renvoient la balle, sans qu'il soit possible aux producteurs de savoir qui ne joue pas le jeu. "Y'en a marre de cette partie de ping-pong. Fini de rigoler ! Il faut maintenant du résultat, sinon on passera à des actions plus pêchues". Et ça n'a pas tardé, une centaine de producteurs se retrouvant, une fois la mobilisation terminée, devant l'enseigne Lidl et la laiterie Entremont, pour y allumer quelques feux. "Nous mettrons la pression sur les acteurs économiques et l'Etat tant que nous n'aurons pas obtenu gain de cause, affirme Sébastien Louzaouen, chiffres à l'appui. 1,40 EUR/kg en porc, 340 EUR/1 000 l en lait et 0,60 EUR de plus au kilo en viande bovine".

 

 

 

 

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui