Terra 27 novembre 2015 à 08h00 | Par Emmanuelle Le Corre

Fermiers d'Argoat : un succès... sans complexe

Sous les applaudissements, Josiane Guyader prend sa retraite de la présidence du groupement qualité Les Fermiers d'Argoat. La situation du groupement est particulièrement saine avec des chiffres en progression dans la plupart des filières.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Josiane Guyader, applaudie à la tribune par les membres du conseil d'administration du groupement qualité Les Fermiers d'Argoat.
Josiane Guyader, applaudie à la tribune par les membres du conseil d'administration du groupement qualité Les Fermiers d'Argoat. - © Terra

Dernière assemblée générale pour Josiane Guyader. Très investie dans sa mission, figure indissociable de l'ODG Fermiers d'Argoat, l'agricultrice a décidé de se retirer après quatorze ans de présidence pour prendre sa retraite. Beaucoup d'émotions dans les discours de remerciements de ses partenaires réunis et une distinction du mérite agricole, remise par le directeur de la DDTM des Côtes d'Armor.

L'organisme - dédié à la promotion et la défense du Label Rouge - est gestionnaire de 23 cahiers des charges Label Rouge, dont 14 en volailles fermières, 1 en œuf fermier, 2 en porcs, 5 en charcuteries élaborées à partir de porcs fermiers, et 1 en lapin.

C'est sur un bilan très positif que Josiane Guyader achève sa mission. Les clés remises de la maison "Label Rouge" sont saines. L'année 2001 avait pourtant failli signer l'arrêt de l'organisme avec un trou de 180 000 francs à l'époque. Avec des fonds propres multipliés par quatre aujourd'hui, "nous pouvons afficher notre réussite sans complexe", déclare-t-elle, non sans oublier les grandes difficultés des filières agricoles. "Le devenir de la profession est très préoccupant. Il y a une anxiété face à l'avenir. Il faut redoubler de vigilance", complète la présidente. "Et rester humble car nul n'est épargné".

Volailles de chair : progression des mises en place

La progression des mises en place de poulets labellisés est en hausse de plus de 10 % en 2014. Le groupement représente 114 éleveurs, avec pour partenaires les abattoirs/découpeurs LDC Bretagne (Lanfains, 22), la société Arnal (Le Faou, 29), Socalys (Languidic, 56) et la société Ronsard (Bignan, 56). Le groupement affiche son optimisme même sur 2015 où "le niveau d'activité est bon aussi bien en GMS qu'en RHD. Le poulet entier et la découpe continuent leur progression".

Cependant est constaté dans la filière le manque de renouvellement des générations et du parc bâtiment, point faible commun à toutes les filières de production, avec ou sans signe de qualité.

Le porc fermier "chatouillé"

L'activité commerciale du porc fermier Label Rouge - en hausse de 4 % après des années de recul - se fait chatouiller en GMS par l'émergence de démarches parallèles, mieux positionnées en prix : "porc sans antibiotique", "oméga 3", "label rouge"... Résultat : une baisse des ventes pour la seconde année consécutive pour l'enseigne Leclerc, client historique en Bretagne. Mais Gildas Couailler, vice-président, assure que "le porc fermier a trouvé une clientèle fidèle et un rythme d'abattage de 700 porcs par semaine" (+ 67 % chez les grossistes ; + 4 % chez les artisans bouchers). Sa différence gustative ferait même craquer les Japonais.

En parallèle, l'activité commerciale du porc Label Rouge se poursuit, en hausse de 4 %.  Le premier débouché demeure les industries de la salaisonnerie, dont les saucisses Bigard, + 11 % en 2014 (517 tonnes) et les jambons Tallec, +18 %. Bigard annonce pour 2015 atteindre les 600 tonnes de saucisses.

Le succès des œufs alternatifs

Si les œufs alternatifs séduisent les consommateurs avec une part croissante du marché (+ 15 % d'œufs produits), les prix sont eux pratiqués à la baisse. Une banalisation des produits reprochée par l'ODG Fermiers d'Argoat qui souhaite voir le fruit du travail rémunéré à sa juste valeur.

Lapin : intégration du groupement Terrena

Face au problème de développement de la production Label Rouge, la section "Lapin" a validé l'arrivée du groupement Terrena, lequel commercialise depuis plus de deux ans du lapin Label Rouge. "Nous sommes la seule filière en France", indique le représentant de Terrena, qui décrit, "une absence de production mais pas de clients". Des études de mise en place d'ateliers lapin Label Rouge sont en cours, concrétisées en 2016 a priori. L'ambition du planning d'abattage est fixé à 3 000 lapins semaine.

Les Fermiers d'Argoat en chiffres


Volailles Label Rouge : 114 éleveurs ; 3 300 000 volailles labellisées

Porc Fermier Label Rouge : 26 élevages ; 34 600 porcs abattus (- 8 %)

Porc Label Rouge : 11 éleveurs ; 89 400 porcs abattus (+ 4,5 %)

Œufs : 46 éleveurs ; 39 millions d'œufs labellisés

Lapins : 29 000 lapins labellisés ; 46 500 abattus.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui