Terra 10 juin 2017 à 10h00 | Par Claire Le Clève

Forêt, ce piège à carbone

Les membres du syndicat des producteurs de la forêt privée du Morbihan (SPFPM) se sont retrouvés, vendredi dernier à Tréal, pour leur assemblée générale. Au menu des débats, l’état de santé de la forêt, le marché du bois, ou encore son intérêt comme piège à carbone.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Alain de Chabannes, président du syndicat SPFPM
Alain de Chabannes, président du syndicat SPFPM - © CLC

Elle ne régresse pas la forêt morbihannaise qui couvre plus de 20 % du territoire, bosquets compris. Une implantation qui fait du Morbihan le premier département forestier breton (voir encadré). Sa forêt est majoritairement "privée à 90 %, morcelée entre de nombreux propriétaires", constate Alain de Chabannes, président du syndicat SPFPM qui fédère plus de 500 d’entre-eux, représentant 24 000 ha, soit le cinquième de la superficie boisée départementale. Un morcellement qui conditionne sa gestion, son exploitation et la qualité de ses bois, variables. La baisse des achats chinois sur le marché à l’export a entraîné un tassement des prix "après une augmentation de cours, il y a quatre ans. Nous devons aujourd’hui faire face à de nouveaux coûts liés à l’obligation du traitement des grumes pour l’export, c’est un frein supplémentaire", relève t-il.

Récupérer les droits carbone

Pour défendre les intérêts de ses propriétaires, le syndicat STFPM œuvre, épaulé par sa fédération nationale, Fransylva, dont le président Antoine d’Armécourt, a présenté vendredi dernier, les dossiers d’actualité dont le renforcement de leur représentation auprès des instances européennes et internationales. Autre sujet phare, l’évolution climatique avec pour corollaire "une sylviculture adaptée", nécessaire pour se défendre des nouveaux ravageurs et maladies avec la poursuite d’essais sur de nouvelles variétés, plus adaptées. Autre constat face au piège à carbone que constitue la forêt et les enjeux qui en découlent, "les propriétaires forestiers ne sont pas reconnus. En France, 25 % des terres sont boisées. Nous sommes donc des acteurs majeurs dans le piégeage du carbone mais ne récupérons pas ces droits carbone", souligne Alain de Chabannes. Une assemblée statutaire qui s’est poursuivie l’après midi par la visite à Tréal de parcelles voisines, peuplées de Douglas et de pins maritimes, espèces représentatives des peuplements locaux.

Claire Le Clève

 

 

En chiffres

 

Avec près de 120 000 ha, la forêt morbihannaise représente plus du tiers des surfaces boisées bretonnes évaluées à 355 784 ha en 2014 (DRAAF Bretagne). Les feuillus (42%) s’y taillent la part du lion, suivis de près par des peuplements mixtes (39%) puis les résineux (18%) et peupleraies (1%). Plus boisé, le Morbihan arrive cependant au 3 me rang des départements bretons en matière de récolte de bois d’œuvre, ce derrière les Côtes d’Armor puis le Finistère, avec près de 163 000 m3 récoltés sur 636 000 en Bretagne. Il occupe la dernière place en matière de bois certifié, 25 000 m³ sur les 200 000 m³ produits chaque année

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui