Terra 26 février 2016 à 08h00 | Par Claire Le Clève

Frank Guéhennec : "on avance, petit à petit"

Après des semaines de mobilisation, initiatives et solutions de sortie de crise semblent s'esquisser. "On avance petit à petit mais on est loin d'être satisfaits", tempère Frank Guéhennec au lendemain du rassemblement rennais.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Frank Guéhennec
Frank Guéhennec - © C.L.C

 

 

Pas question de renier les "bonnes avancées mais il faut aller au bout de nos actions", estime-t-il Car au delà des effets d'annonces, c'est leur mise en oeuvre que tous attendent désormais, et concrètement sur les exploitations. Pour Frank Guéhennec, éleveur laitier à Camors, président de la FDSEA, pas de doute sur l'impact de l'engagement des éleveurs depuis l'été : "La pression syndicale permet d'ouvrir des portes". Alors oui, "certaines enseignes parlent du maintien des niveaux de prix par rapport aux négociations en cours. Le Premier ministre Manuel Valls annonce 10 points de baisse sur les cotisations sociales, une année blanche pour la MSA. Ce sont des bonnes choses, mais c'est du structurel, cela ne répond pas immédiatement à la baisse des revenus dans nos exploitations". Et c'est bien tout le problème.

 

"Nos industriels traînent des pieds"

Alors certes, "la grande distribution s'engage dans un fonds de soutien porcin et vient de signer le 17 février la charte des valeurs présentée par la FNPL. Mais il faut que cela se traduise très rapidement par des centimes et des euros sur nos exploitations", plaide-t-il. "Nous allons veiller à ce que les fonds de soutien se mettent en place pour une redistribution rapide de la valeur". Autre cible, "nos industriels. Ils traînent des pieds, qu'ils soient privés ou coopératifs. Nous attendons qu'ils signent aussi la charte de valeurs". Car au bout du compte "il faut enclencher des prix qui reviennent dans nos exploitations rapidement, sinon ça ne sera pas compris par les agriculteurs, moi le premier". Après plus d'un mois et demi d'actions qui perdurent "les gens sont épuisés mais il faut aller au bout et plus vite. Sinon, on ira demander des comptes à Paris", et de pointer la tenue du prochain salon de l'agriculture : "on ne peut pas avoir une belle vitrine de l'agriculture à Paris pendant qu'elle se meurt sur nos territoires".

Propos recueillis par Claire le Clève

 

 

 

 

A Pluméliau, les élus ont été à l'initiative de la manifestation sur la RN 738 en faveur de l'agriculture et d'un casse-croûte citoyen offert.
A Pluméliau, les élus ont été à l'initiative de la manifestation sur la RN 738 en faveur de l'agriculture et d'un casse-croûte citoyen offert. - © C.L.C

Toujours mobilisés

 

La mobilisation ne retombe pas et dès dimanche, venant du Finistère à l'appel des JA, près de 80 éleveurs, se sont rendus au domicile de Jean-Yves Le Drian à Guidel. Cette action se voulait être une alerte, et c'est allongés par terre qu'ils ont symbolisé sa mort, si rien n'est fait. Dans le prolongement du rassemblement de Loudéac, c'est à l'initiative d'élus de la commune de Pluméliau que leur soutien au monde agricole s'est exprimé, lundi dernier de 11 h à 15 h, en offrant un casse-croûte citoyen. "L'impact de l'agriculture est fort sur notre territoire. Elle génère 6 emplois sur 10 sur le secteur de Pontivy, notamment dans l'agroalimentaire. Les consommateurs ne se rendent pas compte que si les agriculteurs vivent mal, que si il n'y a plus cette ressource, mais que vont devenir tous ces emplois ?", s'inquiète Benoit Quéro, vétérinaire et maire de Pluméliau, à l'initiative de ce rassemblement avec Jean-Luc Even, agriculteur, membre de la FDSEA et adjoint. Une mobilisation qui aura réuni près de 250 personnes, élus, agriculteurs, artisans ou habitants. Au carrefour de Port Arthur, là où la circulation de la voie express était déviée, chaque automobiliste a reçu de la main d'un binôme formé par un agriculteur et un élu, un casse-croûte élaboré avec des produits locaux, "pour le remercier de sa compréhension" . Et à chaque fois, un petit message patriotique "consommez des produits français, il en va de notre avenir".

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui