Terra 28 janvier 2016 à 08h00 | Par Chantal Pape

L'agriculture, des métiers de passion

La chambre d'agriculture a profité du salon d'orientation Azimut, à Brest, pour mettre à l'honneur 5 jeunes aux parcours très différents mais tous animés d'une même passion pour l'agriculture et la diversité des métiers qu'elle propose.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Katell Mahé, salariée en serres horticoles, Sabine Talarmin, salariée en production porcine, Marine Canévet, conseillère d'entreprise à Icoopa, Gabriel Goisnard, salarié en exploitation laitière, et Anthony Taoc, aviculteur.
De gauche à droite : Katell Mahé, salariée en serres horticoles, Sabine Talarmin, salariée en production porcine, Marine Canévet, conseillère d'entreprise à Icoopa, Gabriel Goisnard, salarié en exploitation laitière, et Anthony Taoc, aviculteur. - © Chantal Pape

"L'agriculture ? Je suis tombé dedans tout petit". Anthony Taoc n'est pourtant pas fils d'agriculteur. Mais, enfant, il passe toutes ses vacances sur la ferme de son grand-père, qui lui transmet sa passion pour la nature et les animaux. Et à 23 ans, un BTS en poche, il s'installe en aviculture de chair, "parce que je voulais être mon propre patron, gérer seul ma boutique". Prudent, il opte d'abord pour la location, "le temps de faire mes preuves. Et, au 1er juin prochain, j'achète un bâtiment".

 

Formés

 

C'est en 6ième, et en mettant les pieds un peu par hasard sur une ferme laitière, que Gabriel Goisnard découvre l'agriculture. Une passion qu'il teste lors de sa formation, en alternance. "Elle m'a permis de commencer à travailler et de maintenir ma motivation pour les études". Salarié en élevage après un BTS puis une licence pro, il aimerait bien faire évoluer sa carrière d'ici quelques années. "Je suis tenté par le conseil en élevage. Et, pourquoi pas, la formation".

Katell Mahé n'est pas non plus issue du milieu agricole. "Mon père était prof d'horticulture". Et c'est lui qui lui transmet le virus. Après un Bepa et un Bac pro, elle enchaîne deux BTS, horticole et environnement. Un temps tentée par le métier de fleuriste, elle multiplie les stages pour mieux cerner son projet professionnel et est aujourd'hui salariée de l'exploitation du lycée horticole de Châteaulin, après avoir baroudé en Australie. Un regret ? "Ne pas avoir choisi l'apprentissage. Il m'aurait permis d'engranger encore plus de connaissances".

 

Passionnés

 

Comme Katell, Sabine Talarmain a multiplié les stages durant sa formation. "Mes parents sont producteurs de porcs. Je voulais aller voir ailleurs ce qui se fait". Aujourd'hui responsable de la maternité, dans un élevage de 650 truies, elle apprécie d'être autonome dans son travail. Mais garde un oeil sur les opportunités qui pourraient se présenter. "Il faut sauter dans le train, ne pas le laisser passer".

Si plus de 21 000 jeunes suivent tous les ans une formation dans l'un des 76 établissements agricoles que compte la Bretagne, ils ne sont qu'un quart à se destiner à la production. Ainsi, Marine Canévet est aujourd'hui conseillère d'entreprise à Icoopa. "J'ai commencé par un Bepa, sans doute parce que mes parents sont éleveurs". Ayant trouvé sa voie, elle poursuit par un Bac pro, un BTS puis une licence pro MOA, management des organisations agricoles. Un regret ? "J'aurai aimé poursuivre mes études. Mais, mon diplôme en poche, j'ai décroché un CDI et je n'ai pas voulu laisser passer ma chance".

 

Enthousiastes

 

"C'est motivant de voir tous ces jeunes si enthousiastes, s'exclame Nicole Morizur, élue à la chambre d'agriculture chargée de la promotion des métiers verts. Même si le contexte est actuellement tendu, nous connaîtrons des jours meilleurs. Je reste confiante dans l'avenir".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

55 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui