Terra 19 mars 2016 à 08h00 | Par Claire Le Clève

L'ASAVPA devient l'association des salariés agricoles du Morbihan

Elle touche 5 200 salariés. Alors que l'ASAVPA tient son assemblée générale ce vendredi, à Bignan et change de nom pour celui d'association des salariés agricoles du Morbihan, le point sur son actualité avec Jean-Luc Hilary, président, salarié en élevage porcin à Plumelin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Luc Hilary, président désormais de l 'association des salariés agricoles du Morbihan
Jean-Luc Hilary, président désormais de l 'association des salariés agricoles du Morbihan - © C.L.C

 

Pourquoi envisager un tel changement de nom ?

Le choix de changer le nom de l'ASAVPA est un souhait répété lors des précédents congrès nationaux et notamment il y a deux dans au congrès de Vannes. Ce nom ASAVPA était devenu vieillissant, voire incompréhensible par nos interlocuteurs. Nous devions nous répéter car bien souvent sa définition était déformée. Si nous avons choisi très majoritairement l'Association des salariés agricoles, c'est justement pour une plus grande lisibilité et éviter les confusions en ne mettant que des initiales.Ce changement se décline sur tout le territoire national .

Quelles conséquences pour votre association ?

La première, un peu contraignante, nous obligera à modifier tous nos supports au nom de l'ASAVPA qui doit disparaître. Il nous faudra donc réinvestir dans du nouveau matériel de communication au nom de l'association des salariés du Morbihan. La deuxième plus positive, nous permettra de relancer une dynamique pour notre association plus jeune, plus moderne.

Les salariés agricoles sont-ils les oubliés de l'agriculture ?

Si nous ne sommes pas les oubliés, les associations de salariés agricoles ont néanmoins des difficultés à faire financer leurs actions. C'est notamment l'envoi de nos 5 200 bulletins de liaison à l'ensemble des salariés de la production agricole du Morbihan. Tout le monde s'accorde sur le constat que leur nombre augmente et que les besoins en main-d'oeuvre salariale sont de plus en plus pressants. En contrepartie, les budgets qui nous sont alloués sont régulièrement en baisse. Attitude contradictoire de nos financeurs qui refusent de prendre en compte cette évidence. Par contre, le Morbihan prend en compte l'isolement des salariés en les réunissant notamment par les actions du COSSA à Noël par exemple. Mais aussi par notre complémentarité associative en organisant des réunions de formation ou des sorties.

Propos recueillis par Claire Le Clève


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui