Terra 23 juin 2016 à 08h00 | Par Claire Le Clève

La Cécab relève la tête en devenant d'aucy

Ses résultats renouent avec les bénéfices. Une bonne nouvelle, y compris pour les 9 000 adhérents et 4 800 salariés de la Cécab. Après des années sombres, le groupe d'aucy, relève la tête. Porté par un nouveau nom de baptême en 2015, il affiche 14,2 millions d'euros de résultat net, fruit du recentrage sur ses métiers porteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Serge le Bartz, président du Groupe d'aucy, à gauche, aux coté de Loïg Chesnais-Girard, 1er vice-président de Région et d'Alain Perrin, directeur général du groupe.
Serge le Bartz, président du Groupe d'aucy, à gauche, aux coté de Loïg Chesnais-Girard, 1er vice-président de Région et d'Alain Perrin, directeur général du groupe. - © Terra

"On regarde devant. Toutes les activités du groupe sont désormais contributrices positivement. En 2015, nous avons conforté nos résultats, augmenté nos fonds propres, diminué la dette, nous nous projetons sur notre plan stratégique 2016-2018", énumèrent Alain Perrin, directeur général avec Serge Le Bartz, président. C'est avec retenue que le nouveau tandem à la tête du groupe d'aucy a communiqué vendredi dernier, à l'issue de l'assemblée générale de Locminé, sur les résultats de l'année 2015. Et ils sont bons.

Recentrage porteur

Le recentrage "sur les métiers d'excellence amont, légumes et œufs", a donc porté ses fruits. Et ce qui ne progresse plus ici, "progresse ailleurs". Le directeur général du groupe constate ainsi la hausse de consommation à l’international : "plus 3 % au niveau mondial, c'est 490 000 tonnes, l'équivalent des légumes que nous commercialisons, il y a des opportunités". Le résultat net est conforté de près de 2 millions d'euros, passant de "12,4 millions en 2014 à 14,2 millions en 2015". Idem pour les fonds propres qui  progressent de 4,4 % .

Optimisation de la gamme

Cette amélioration du résultat se traduira par la redistribution de 500 000 euros aux adhérents (55 euros par adhérent), c'est "trop peu" bien-sûr reconnaissent les responsables du groupe, ce "à la sortie d'une période difficile" . La coopérative y répond par "la vigilance et un accompagnement de trésoreries", assurent les dirigeants, résolument tournés vers l'avenir après les difficultés liées à la sortie de Gad qui avaient généré une perte de 240 millions d'euros. "On a mis beaucoup d'énergie pour s'en sortir et essayant de minimiser l'impact sur les territoires. On a évité un drame dans le Morbihan à défaut de l'avoir évité en Bretagne", défend Alain Perrin. "Notre endettement diminue de 50 millions d'euros" souligne-t-il. Pour y parvenir, le groupe optimise à tous les niveaux, y compris sur ses gammes en GMS et sur ses stocks, "on va les resserrer, c'est possible car nous avons une position incontournable sur le marché". Une position qui permet l' approvisionnement en légumes de l'entreprise Kerlys, filiale du groupe Intermarché basée à Locoal-Mendon. "Cela représente 20 % des surfaces légumes de nos adhérents et ce sont 20 % de débouchés en plus pour eux", souligne Serge Le Bartz.

130 millions d'euros d'investissement

Solide sur ses métiers fondamentaux, le groupe coopératif envisage désormais l'avenir avec plus de sérénité, "Notre rôle est d'anticiper, on se dote des outils pour se développer, la contractualisation avec Matines ou Kerlys en font partie", détaille Alain Perrin, soulignant les 130 millions d'investissements sur 3 ans engagés dans son plan stratégique. 30 millions concernent le renouvellement, 10 l'environnement et la sécurité, 90 la modernisation avec, dès 2016, la construction d'une nouvelle casserie à Ploërmel et d'une unité de méthanisation, à la conserverie morbihannaise, sur le site du Faouët. Un plan bouclé avec un partenariat bancaire traditionnel et celui, plus nouveau, de la BPI et de la Région, venue pour l'occasion par l'intermédiaire de son premier vice-président, Loïg Chesnais-Girard, souligner que "l'agriculture et l'agroalimentaire sont l'ADN de la Bretagne que la Région entend soutenir par le biais de ce fléchage de crédits et par ce nouveau partenariat noué avec d'aucy ".

 

En chiffres


En 2015, le groupe d'aucy a réalisé 1,3 milliard de chiffre d'affaires avec un résultat net de 14,2 millions d'euros . Ses fonds propres, en progression, atteignent 283 millions d'euros. De quoi conforter les 9 000 adhérents et les 4 800 salariés

L'amont (agro-fourniture, céréales, légumes, nutrition animale, productions animales en dinde, œuf et bovins, y compris en agriculture biologique) présente des résultats stables et pèse 32,9 % du chiffre d'affaires, soit 429 millions d'euros,

La branche d'aucy long life, 40, 3 % du chiffre d'affaires est portée par le dynamisme de la marque d'aucy qui progresse en légumes appertisés (+10 %), surgelés (+14 %) et plats cuisinés (+25 %) : le chiffre d'affaires atteint 530 millions d'euros (+9 %) pour 485 000 t de légumes commercialisés.

La branche oeufs-food réalise 172 millions d'euros de chiffre d'affaires

La branche viande (société Aubret) 184,4 millions d'euros.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui