Terra 10 avril 2015 à 08h00 | Par Claire Le Clève

"La commande publique doit servir un idéal politique paysan"

Invité à la tribune de l'assemblée générale de la Confédération paysanne, à St Allouestre, Laurent Pinatel a dénoncé les fermes usines et le modèle d' industrialisation de l'agriculture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Entre Philippe Olivreux et Julien Brothier, Laurent Pinatel porte parole national de le Confédération paysanne,
Entre Philippe Olivreux et Julien Brothier, Laurent Pinatel porte parole national de le Confédération paysanne, - © Claire le Clève

 

 

Va t-on vers des exploitations "plus grandes, avec plus de robots, plus de machines, plus de concentrés, plus d'aliments extérieurs, plus de capitaux extérieurs, il n'y a qu'un pas à franchir vers l'industrialisation de l'agriculture", redoute Philippe Olivreux, référent lait de la Confédération paysanne de Morbihan. Cette ligne d'horizon et son modèle sont intenables pour le syndicat qui a invité à la tribune de son assemblée générale, Laurent Pinatel, porte parole national. Il a de nouveau milité pour la mise en place en lait d'OP transversales fortes, "seule solution pour mailler le territoire et à peser dans les négociations". Il a fait des projets de fermes robots " course à l'armement et à l'investissement" un symbole de ce vers quoi tend l'agriculture et contre lesquelles se sont cristallisées les actions de la Confédération paysanne.

 

Que ces exploitations soient à mille vaches, 900 truies ou 40 ha de serres chauffées, Laurent Pinatel porte le fer sur "ce modèle d'une agriculture intensive qui n'a pas su s'arrêter. Et de pointer les rendez vous manqués de Stéphane Le Foll sur la refonte de la PAC, la loi d'avenir, et des accords de libres échanges avec les USA (Tafta). "Ces accords, ce sont 300 000 tonnes de viande bovine des USA qui vont débarquer en Europe. Quant au lait, pour la première fois les USA exportent de la poudre. La Chine ? Elle vient de se tourner vers le marché Australien. Il n'y a pas de grande fierté à ce que le lait aille en chine, moi j'ai la fierté qu'il aille à la cantine de mon village", martèle-il. "On milite pour un bien commun, l'alimentation, pour qu'elle devienne meilleure, pour les paysans mais pas que. Quand la commande publique sert un idéal politique paysan, localement on y arrive".

Claire Le Clève

 

Laurent Pinatel, porte parole de la Confédération paysanne "On a réglé le pouvoir d'achat des gens sur le dos des paysans quand, dans le même temps, on laissait prospérer le capitalisme immobilier
Laurent Pinatel, porte parole de la Confédération paysanne "On a réglé le pouvoir d'achat des gens sur le dos des paysans quand, dans le même temps, on laissait prospérer le capitalisme immobilier - © claire le Clève

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui