Terra 16 février 2016 à 08h00 | Par Chantal Pape

La crise s'invite à l'AG des Cuma

Si l'assemblée générale des Cuma, le 5 février dernier à Bourg Blanc, a fait le point sur une année 2015 riche en évènements, la crise que traverse actuellement l'élevage a aussi été longuement évoquée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Alain Laurec, directeur de la FDCuma, et Ronan Le Bourhis, président.
De gauche à droite : Alain Laurec, directeur de la FDCuma, et Ronan Le Bourhis, président. - © Chantal Pape

"A la mi-avril, nous allons déménager à Briec. Et le salon Méca Elevage se tiendra le 23 juin à Yffiniac". Si l'assemblée générale de la fédération départementale des Cuma a été l'occasion de présenter les évènements marquants qui attendent ses adhérents en 2016, elle a aussi permis de faire le point sur une année 2015 très riche. "Les journées Cuma, qui combinent réunions d'information, repas pris en commun et démonstrations, nous ont permis d'aller à la rencontre de nos adhérents, détaille Ronan Le Bourhis, le président. Et nous avons participé à 3 portes ouvertes Innov'action, organisées par la chambre d'agriculture". La FDCuma, c'est aussi 84 tracteurs passés au banc d'essai l'an passé, un achat groupé de lubrifiants, des sensibilisations à la conduite économe... "Et nous venons de lancer notre nouveau site Internet".

 

Les Cuma, une partie de la solution

Mais la crise que traversent actuellement toutes les productions agricoles s'est aussi invitée à l'assemblée générale. "Je suis déconcerté par la situation que nous vivons depuis de nombreux mois", avoue Ronan Le Bourhis dans son rapport d'orientation, avant de citer "les prix non rémunérateurs de nos produits, l'augmentation exponentielle des coûts de production, le manque de reconnaissance du travail que nous avons effectué en matière d'environnement, de normes bien-être". Pour le président, la Cuma, en allégeant les charges de mécanisation et en permettant un accès à du matériel performant, peut être une partie de la solution. "Et c'est aussi de la solidarité, un partage d'expériences, de la convivialité". Mais elles ont parfois du mal à se faire accepter. "Elles sont maintenant éligibles au dispositif de sur-amortissement... mais 6 mois après les autres. Et ne peuvent pas bénéficier du fonds d'allègement des charges".

 

Indiquer l'origine

"Les difficultés n'ont jamais été si présentes". Michael Quernez est revenu sur la crise, en appelant les producteurs à se fédérer plus encore et en reconnaissant des rapports déséquilibrés au sein des filières. "Ceux qui produisent sont aujourd'hui ceux qui bénéficient le moins de leur travail, la valeur ajoutée étant captée par d'autres". Et le vice-président du Conseil départemental, en charge de l'agriculture d'appeler de ses voeux une indication de l'origine des produits transformés. "L'Europe n'en veut pas ? Dans d'autres pays, agriculteurs et grande distribution l'ont contourné et valorisent les produits locaux. Pourquoi pas ici ?" Présent lui aussi, Jean-Luc Bleunven, agriculteur à Plabennec et député, n'a pas eu un mot pour les solutions à imaginer pour sortir de cette crise, ce qui lui a valu quelques sifflets à la fin de son intervention...

 

 

Les Cuma en quelques chiffres

  • 180 Cuma,
  • 1 sur 4 avec tracteur,
  • 1 sur 5 avec salarié
  • 3 500 exploitations adhérentes,
  • 11 millions d'EUR de chiffre d'affaires,
  • 4,4 millions d'EUR d'investissements.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui