Terra 16 octobre 2015 à 08h00 | Par Chantal Pape

La filière bois invente son futur

Surfant sur le développement durable et le réchauffement climatique, le bois a le vent en poupe. C'est pour ne pas laisser le train passer que l'interprofession bretonne s'est mobilisée pour un programme régional de plantation. Lancé officiellement le 9 octobre dernier dans le cadre des Assises de la forêt et du bois, il permettra le boisement de 4 000 hectares d'ici 2020.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Nicolas Visier, animateur réseau France bois région, Benoît de Rodellec, président Fransylva Bretagne, syndicat des propriétaires privés, Michel Hamon, président Abibois, Marie-Pi © Terra Le 9 octobre dernier, à Carhaix, plus de 450 personnes ont participé aux Assises de la forêt et du bois en Bretagne. © Terra

"Il reste encore beaucoup à faire". En ouvrant les secondes Assises de la forêt et du bois, le 9 octobre dernier à Carhaix (29), Michel Hamon, le président de l'interprofession bretonne Abibois, se veut réaliste. Certes, la valorisation du bois progresse : en Bretagne, une maison neuve sur douze est désormais construite en bois. "La Région pilote aussi une vingtaine de dossiers de construction ou rénovation de lycées, en faisant la part belle au bois", indique Marie-Pierre Rouger, vice-président du conseil régional. "Il y a un projet de construction d'un immeuble de très grande hauteur à Rennes", rajoute Thierry Soquet, architecte. Et la Bretagne est en tête des régions françaises en ce qui concerne la vente d'appareils de chauffage au bois.

Une forêt morcelée

Mais 70 % du bois consommé en Bretagne pour la construction n'est pas issu de nos forêts. La faute à une production pas toujours en adéquation avec la demande : si 74 % de la forêt bretonne est plantée de feuillus, 90 % du bois exploité pour la construction ou l'emballage est issu des résineux.

La faute aussi, au morcellement extrême de la forêt bretonne qui, pour 390 000 ha, "compte 115 000 propriétaires", rappelle Bruno de Rodellec, le président du syndicat de propriétaires Fransylva Bretagne. Ce qui rend difficile une exploitation rationnelle.

"Et on risque de manquer de matière première", pointe Michel Hamon, en rappelant que, si le fonds forestier national a permis la mise en place d'un massif productif de 1950 jusqu'à 2000, l'arrêt des aides, depuis quinze ans, s'est traduite par une baisse considérable de l'effort de plantation. Dommage, alors que les 60 scieries encore présentes au niveau régional ont investi ces dernières années pour coller à la demande du marché.

Pour relancer cette "filière au milieu du gué", tous ses maillons ont uni leurs forces et obtenu Breiz forêt bois, un programme unique en France. Doté de 10 millions d'euros sur la période 2015-2020, financé par l'Union européenne, l'Etat, la Région et les départements, il devrait permettre la plantation de 4 000 ha, en transformant des peuplements forestiers pauvres en futaies productives ou en boisant des terres agricoles délaissées ou en cours d'enfrichement.

Le Crédit agricole accompagne la filière bois

"Le Crédit agricole est attaché à l'économie de son territoire". Et c'est à ce titre que les quatre caisses bretonnes se sont portées partenaires des secondes Assises de la forêt et du bois, le 9 octobre dernier. Une démarche logique pour Noël Le Corre, chargé d'affaires énergies renouvelables. "De la plantation à la valorisation en passant par la transformation, nous sommes partenaires de tous les maillons de la filière".

La banque verte va profiter du programme Breiz forêt bois pour aller encore plus loin. "Nous allons accompagner les propriétaires qui souhaitent s'engager, en organisant des réunions d'information dans chaque département puis, si besoin, en pré-finançant les aides ou en finançant le reste à charge".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui