Terra 10 juin 2016 à 08h00 | Par Le Bureau de la FDSEA

La gestion de la PAC par la Région est loin d'être à la hauteur des enjeux !

Alors que la situation économique est extrêmement difficile pour bon nombre d'agriculteurs, le Bureau de la FDSEA revient sur le plan laitier breton, annoncé le 24 mai dernier par le conseil régional. Un autre type de crise tend à gagner la campagne : une crise morale, qui tend à interroger sur l'avenir de l'agriculture, sur le renouvellement des générations, et plus largement sur la dynamique des territoires qui ont pour socle l'activité économique agricole.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © FDSEA 29

Bon sang ! Mais à quand un sursaut collectif pour offrir des perspectives aux paysans, et une ambition pour l'agriculture ? Si des solutions conjoncturelles sont à trouver urgemment pour soulager les trésoreries, les vraies solutions sont structurelles, que ce soit sur le plan de la compétitivité ou de l'organisation de l'offre !

 

Les vraies solutions sont structurelles

 

Le conseil régional, par la gestion du second pilier de la PAC, aurait la possibilité de contribuer à la mise en place de projets structurants pour l'agriculture. Le plan laitier breton, annoncé le 24 mai par le conseil régional, a pour "colonne vertébrale" des MAEC, des mesures agro-environnementales et climatiques : autant dire que ce plan a l'allure d'un mollusque !

Pour la FDSEA, c'est inadmissible que le conseil régional utilise la détresse des éleveurs pour les rallier à un dispositif de MAEC qui n'a aucune vocation structurante au niveau de l'élevage. C'est insupportable d'imaginer que les MAEC entretiennent leur revenu. Le conseil régional n'aurait-il pas intérêt au maintien de prix bas pour imposer, dans les années à venir, sa vision de l'agriculture ? Le fameux changement de modèle agricole... on y revient toujours !

 

L'avenir ne passera que par le collectif

 

Avec les MAE, le conseil régional revendique davantage de compétitivité pour les éleveurs. Mais il y en a marre que ce soient toujours nos coûts de production qui soient dans le viseur ! Tous les jours, nous agissons sur nos coûts de production, y compris en augmentant la productivité du travail... et c'est décourageant. Qu'on ne s'y trompe pas, et n'en déplaise au conseil régional, la compétitivité, c'est le social, le fiscal, les règles administratives et environnementales. Dans le cadre du second pilier de la PAC, la modernisation des bâtiments est un élément structurant, tout comme la recherche et l'expérimentation collectives, que ce soit en légume ou en élevage. Pour répondre aux enjeux liés à la volatilité des marchés et aux guerres de bassin qui s'installent durablement en Europe, le conseil régional aurait dû faire le choix de la prévention des crises et de l'organisation des producteurs ! Le deuxième pilier breton n'est clairement pas à la hauteur des enjeux. Pour la FDSEA, l'avenir des agriculteurs passe par le collectif, et non par des mesures individuelles sans effet structurant !

 

Des agriculteurs encore plus dépendants

 

En n'agissant pas de manière structurelle pour renforcer la place des producteurs, le conseil régional, avec plus que la bénédiction des pouvoirs publics français, rend les agriculteurs encore plus dépendants des "aides" et de leurs contraintes, mais aussi des industriels et des GMS qui mènent la danse dans les filières au détriment du maillon production. Face à cet état de fait, nous ne resterons pas sans continuer à secouer le cocotier !

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui