Terra 19 mai 2017 à 08h00 | Par Emmanuelle Le Corre

"La main d'œuvre est le vrai défi des dix ans à venir"

Les stagiaires et l'équipe pédagogique du centre de formation de Quintenic (22) ont échangé avec Georgette Bréard, vice-présidente de la Région en charge de la formation. L'occasion de mettre un coup de projecteur sur la palette de formations dispensées sur le territoire et les opportunités d'embauche du secteur agricole, qui peine à recruter.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Élues et stagiaires en reconversion professionnelle ont échangé sur leur parcours.
Élues et stagiaires en reconversion professionnelle ont échangé sur leur parcours. - © Terra

Une petite dizaine de stagiaires ont accueilli Georgette Bréard, vice présidente du conseil régional en charge de la formation et Danielle Even, présidente de la chambre d'agriculture des Côtes d'Armor, jeudi 11 mai  sur le centre de la chambre d'agriculture à Quintenic près de Lamballe. Spécialisé en lait et porc, il forme 75 à 80 stagiaires adultes chaque année en formation continue ou en apprentissage - des demandeurs d'emploi, des salariés et des étudiants en poursuite d'études - répartis entre différents niveaux : BEP, bac, post bac et post BTS (licence). "Plus de la moitié d'entre eux sont en reconversion professionnelle et sont là pour apprendre le métier", indique Ronan Hascoët, responsable du site. "En fin de parcours, ils obtiennent un diplôme et des compétences pratiques pour un emploi ou une installation".

Georgette Bréard, porte-parole de la région, a souligné la priorité du développement des compétences agricoles, notamment au travers de l'offre de formations proposée sur le territoire, avec par exemple plus de 30 formations qualifiantes en Côtes d'Armor pour le volet agricole. "Il faut des agriculteurs bien formés. Et puis, on veut une montée du salariat pour répondre aux besoins des exploitations".

Des difficultés à recruter des salariés

Parallèlement, le secteur agricole peine à recruter des salariés qualifiés dans un pays qui compte 10 % de chômeurs. "En ce moment, nous avons 130 offres d'emplois à pourvoir sur la plateforme de l'association Emploi-Formation 22, à 95 % des CDI à temps plein", précise Julie Jacq, chargée de mission à l'AEF22. Malgré les crises successives, les professionnels de la formation alertent sur les besoins constants du secteur agricole. "Malgré les difficultés, les offres d'emploi sont là", pointe Ronan Hascoët, "avec l'amélioration de la conjoncture porcine, les offres se multiplient. Quant au secteur laitier, les exploitations sont de plus en grandes avec de moins en moins d'agriculteurs", résume-t-il.

Pour l'élue Danielle Even, il s'agit là d'un vrai challenge à relever. "Nous sommes catastrophés par le nombre d'offres d'emploi déposées et qui ne sont pas pourvues. Il faut des gens de tous âges à travailler. Nous avons toute la panoplie de formations qui conduisent vers la professionnalisation. La main d'œuvre est le vrai défi des dix années à venir", conclut-elle.

 

 

Ils témoignent

Mathilde, BPREA lait, 22 ans / N'ayant pas pu finaliser mon bac pro CGEA, j'ai travaillé deux ans en gendarmerie puis un an en service de remplacement. J'ai un projet d'installation avec mon conjoint, je suis donc venue en Bretagne pour me former car dans les Vosges, il n'existe aucune formation courte de type BPREA lait.

François, BPREA lait, 28 ans / Après avoir exercé les métiers de chef de chantier puis d'opticien, je souhaite m'installer avec mon père et mon oncle sur l'élevage en lait, porc et volaille. Je veux être à mon compte et reprendre le flambeau de l'exploitation familiale. Sans formation agricole, il me fallait la capacité pour m'installer.

Emeline, BPA porc / Assistante maternelle, je n'avais plus de travail, j'ai donc réalisé trois stages différents dans trois exploitations différentes pour découvrir le métier. Je termine un BPA en production porcine et mercredi prochain, je commence une autre vie puisque je suis embauchée dans un élevage porcin.

 

 

 

Quintenic en chiffres

Une épuipe de 11 personnes

80 adultes formés par an sur des parcours de 8 à 24 mois.

Un atelier lait de 50 vaches laitières

Un atelier porcs de 100 truies NE (2300 porcs charcutiers produits par an)

Des cultures sur 70 ha (herbe, maïs, blé, orge, colza)

Une station de méthanisation (vente électricité et chauffage du centre - puissance 75 kwh)

Détail des formations agricoles et agro équipements (BPA, BPAE, BPREA, CS et Licence agri manager) sur www.chambagri-formation.com

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui