Terra 23 janvier 2014 à 08h00 | Par Jean-Jacques René

La méthanisation pour tous

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Jacques René

Président du Pôle Énergies 
des chambres d'agriculture de Bretagne
Jean-Jacques René Président du Pôle Énergies des chambres d'agriculture de Bretagne - © terra

L’enjeu énergétique, lié au problème du réchauffement climatique, sera un des axes majeurs de ces prochaines décennies. Notre pays est à la fois dépendant des importations d’énergies fossiles tout en se fixant pour ambition de réduire la proportion d’énergie nucléaire. La question de la transition énergétique devient alors cruciale d’autant que sur le territoire breton, notre péninsule ne produit que 10 % de ce qu’elle consomme, risquant à chaque hiver le black-out tant craint. Dans ce contexte, la méthanisation tient toute sa place et peut être un atout majeur pour l’agriculture. Notre région dispose de gisements très importants de déjections animales (lisier, fumier, fientes) qui, d’une contrainte peuvent se révéler une véritable opportunité surtout si nous obtenons enfin la normalisation des digestats, permettant d’en faciliter l’utilisation au dépend des engrais minéraux. Si les premiers projets ont vu le jour avec à leur tête des agriculteurs leaders qui ont eu le mérite d’être les précurseurs dans ce domaine, il nous reste aujourd’hui à relever le challenge du développement au niveau du plus grand nombre, permettant non seulement des compléments de revenu à l’activité principale mais aussi de viser des objectifs de plus grande autonomie et moindre dépendance aux énergies fossiles.. Différents modèles cohabiteront. Même si les premières unités se sont reposées sur  un modèle d’installation de certaine taille utilisant des intrants extérieurs  très méthanogènes, d’autres modèles doivent pouvoir se développer et être accompagnés. Cela  nécessite de développer des installations plus accessibles à l’échelle de l’exploitation, moins gourmandes en entrants extérieurs, en capitaux et plus autonome. Enfin, la méthanisation ne s’improvise pas, elle doit être accompagnée techniquement, juridiquement et économiquement. Certaines unités pourraient même viser la seule production  de  chaleur  à partir du biogaz consommé par la chaudière de l’élevage et ainsi garantir l’autonomie de l’exploitation, c’est-à-dire un système durable et accessible. Les installations de demain doivent avant tout conforter les exploitations en place et permettre ainsi aux exploitants de rester au cœur de leur métier d’éleveur.

 

Jean-Jacques René

Président du Pôle Énergies
des chambres d'agriculture de Bretagne

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui