Terra 16 mars 2017 à 08h00 | Par Chantal Pape

Lait, porc... : la Chine durablement aux achats ?

L'inauguration de l'usine Synutra à Carhaix l'an dernier, la remontée spectaculaire des cours du porc ces derniers mois... Interpelé par une actualité qui met régulièrement la Chine sur le devant de la scène agricole bretonne, le comité de développement de Brest a invité Jean-Marc Chaumet et Gwénola Floch Penn à venir éclairer sa lanterne : demain, continuera-t-elle à venir s'approvisionner chez nous ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Marc Chaumet, agroéconomiste à l'Institut de l'élevage et Gwénola Floch Penn, chargée de mission économie des chambres d'agriculture de Bretagne, ont participé, le 7 mars dernier, à l'assemblée générale du comité de développement, à Brest.
Jean-Marc Chaumet, agroéconomiste à l'Institut de l'élevage et Gwénola Floch Penn, chargée de mission économie des chambres d'agriculture de Bretagne, ont participé, le 7 mars dernier, à l'assemblée générale du comité de développement, à Brest. - © Terra

"La Chine ? Aujourd'hui, elle représente 8 % des exportations de l'agroalimentaire breton". Et Gwénola Floch Penn, chargée de mission économie des chambres d'agriculture de Bretagne, d'égrener quelques chiffres. "Si l'Italie, la Belgique ou l'Espagne sont nos principaux acheteurs, la Chine est désormais notre sixième client et le premier hors Union européenne". L'an passé, elle est même devenue la première destination pour la viande porcine bretonne, en attirant plus du quart de nos exportations, et la troisième pour les produits laitiers. "En un an seulement, nos ventes globales ont progressé de 44 %, pour atteindre 323 millions d'euros".

Une volonté d'autosuffisance

Feu de paille ou client pour longtemps ? Sur le volet agricole et agroalimentaire, "la Chine importe beaucoup plus qu'elle n'exporte", explique Jean-Marc Chaumet, agroéconomiste à l'Institut de l'élevage. Plusieurs raisons à cela : pourtant vaste, le pays ne dispose pas d'assez de terres arables ni d'eau pour produire. Et il a dû faire des choix. S'il s'affirme très attaché à l'autosuffisance en "produits stratégiques" que sont le blé ou le riz, il importe massivement du soja pour fabriquer de l'huile dont sont très friands les Chinois mais aussi des tourteaux pour alimenter le bétail. Car, au fil du temps, la part des calories animales a fortement progressé dans leur alimentation, passant de 3-4 % seulement dans les années 60 à 25 % aujourd'hui.

Si la Chine importe, c'est aussi parce que des scandales sanitaires à répétition ont plombé la confiance de ses consommateurs. Et c'est ainsi que Synutra, attiré par la bonne image de marque de l'agriculture bretonne, et sa réputation de sérieux, a construit une usine à Carhaix chargée dans un premier temps de fournir de la poudre de lait haut de gamme aux bébés chinois puis du lait liquide.

Restructuration de l'élevage

"La Chine commence aussi à être confrontée à des problèmes environnementaux. Et bon nombre d'élevages ont dû fermer ou se délocaliser, entraînant une diminution de la production locale", rajoute Jean-Marc Chaumet. Même si sa part est tombée de 85 à 57 % de la consommation totale de viande, le porc reste une viande emblématique. "Et c'est pour contenir l'inflation que le gouvernement chinois a décidé d'ouvrir ses frontières, les prix sur le marché mondial étant inférieurs".

Une bouffée d'oxygène pour les producteurs bretons, qui ont vu le cours du MPB remonter à 1,40 €, mais une source d'inquiétude pour certains Chinois, qui ont même déclenché une campagne de communication dans les médias, alors que les importations ne représentent que 2 % de la production totale. "Et le gouvernement a réaffirmé sa volonté d'autosuffisance". Un scénario auquel Jean-Marc Chaumet ne croit guère. "La population continue de s'urbaniser et consomme de plus en plus de viande", constate l'agroéconomiste.

Une production qui stagne

Le lait et les produits laitiers ont également de beaux jours devant eux : si leur consommation a été multipliée par trois depuis l'an 2000, elle n'est toujours que de 30 litres/habitant/an quand elle se situe à 300 litres en France ! "Si la production chinoise de lait a été multipliée par 3,5 ces dernières années, notamment grâce à la fermeture de nombreux petits ateliers et l'ouverture de fermes de plus de 1 000 voire 10 000 vaches, elle stagne depuis 2008. Et, malgré les efforts des industriels et du gouvernement pour rétablir la confiance des consommateurs, ils restent très méfiants".

Jean-Marc Chaumet reste donc confiant pour les années à venir : la production chinoise ne permettra pas de couvrir l'augmentation de la consommation. La voie est donc ouverte pour les exportations bretonnes ? "Attention, prévient l'agroéconomiste. La production porcine pourrait rebondir rapidement. La réglementation chinoise se durcit. Et, pour ne pas être dépendante d'un seul fournisseur, la Chine a l'habitude de les multiplier et d'en changer".

Viandes et produits laitiers

Si les viandes caracolent en tête, avec 67 % des exportations bretonnes, les produits laitiers tirent aussi leur épingle du jeu, avec 20 %, loin devant les produits de la pêche, 2 %, ou les plats préparés, 1 %. "On leur vend aussi un peu de génétique, notamment porcine ou avicole", rajoute Gwénola Floch Penn. Mais si 2016 est plutôt un bon cru, le marché est fait d'à coups et les chiffres fluctuent beaucoup d'une année sur l'autre. "Néanmoins, le poids de la Chine dans nos exportations de viande porcine est passé de 2 à 26 % en sept ans seulement. Et, sur le quatrième trimestre 2016, l'export de nos produits laitiers y a progressé de 116 %".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui