Terra 07 décembre 2017 à 08h00 | Par Emmanuelle Le Corre

Laïta se dote d'une usine "high-tech" de lait infantile

Laïta a inauguré vendredi 1er décembre, une nouvelle unité de lait infantile et de poudre de lait premium à Créhen (22). C'est le ministre Jean-Yves Le Drian qui a officialisé le lancement de cette usine high-tech, prête à conquérir de nouveaux marchés à l'international.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © E. Barbey-Chariou

Trois ans de travaux, un investissement de 80 millions d'euros, 80 embauches... La commune de Créhen dans les Côtes d'Armor détient un des fers de lance de l'agro-alimentaire breton, producteur à la fois de poudre de lait infantile et de poudre de lait premium. Doté d'un tel outil, le groupe coopératif se place à son tour sur les rangs à l'international. "Notre souhait est d'aller chercher de la valeur. L'Asie, dont la Chine, l'Afrique, le Moyen-Orient... ont une dynamique qui nous intéressent", indique Christian Griner, directeur général de Laïta. Alors que les stocks de poudre de lait s'accumulent en Europe (380 000 t), que le marché mondial de la protéine est en crise, le choix interroge. "Dans 4 ou 5 ans, peut-être ne serions-nous plus entrés dans le cahier des charges de nos clients", souligne Guy Le Bars, président de Laïta et de la coopérative Even, et d'ajouter : "La consommation de la protéine est en hausse et à regarder de prêt, il y a une relation étroite entre le cours du pétrole et celui de la protéine. Une hausse du cours du pétrole induira une hausse de la protéine". Avec ce nouvel outil, le groupe Laïta ambitionne d'augmenter à l'horizon 2020 de 15 % le volume de lait collecté auprès de ses producteurs, soit 150 à 200 millions de litres de lait supplémentaires.

Un investissement global ambitieux

Pourquoi s'intéresser à la poudre de lait infantile ? C'est un aliment haut de gamme et exigeant en terme de qualité, comme le prouvent dans l'actualité les lots contaminés par la salmonelle chez Lactalis. "Nous sommes de grands beurriers et le produit associé est la poudre de lait écrémé", rappelle Christian Griner. L'investissement s'est porté sur l'ensemble du groupe, entre 5 à 7 % du chiffre d'affaires annuel depuis 2012. "L'un des plus élevés au niveau européen. Notre projet industriel est ambitieux, à l'image de nos 3 250 exploitations qui investissent 100 millions d'euros par an", souligne Guy Le Bars.

- © Emmanuel Pain

Ainsi Laïta se dote d'un outil de haute technologie composé d'une tour de séchage d'une capacité de production de 30 000 t de poudre par an, d'un atelier de conditionnement d'une capacité de 15 000 t par an (boîtes de 400 et 900 g), et d'un laboratoire dernière génération.

Au total, huit tours de séchage produisent quelques 60 000 t de poudre de lait par an (Landerneau, Yffiniac, Ancenis, Créhen). Beurreries et fromageries, les sites de production du groupe, complémentaires, ont été agrandis : ils fournissent la nouvelle unité. À Créhen est également produit le fromage frais Madame Loïk."La poudre de lait infantile se compose d'un quart de lait, un quart de lactosérum déminéralisé, un quart de matière grasse et un quart d'ingrédients", cite Isabelle Kerber, responsable du pôle ingrédients secs. Lait et ingrédients sont mélangés selon la recette sous la forme d'un "mix liquide". Le mélange pré-concentré (50 % d'extrait sec) est envoyé dans la tour de séchage haute de 47 m (5 à 6 t/h de poudre). En dernier lieu, l'outil permet d'ajouter des vitamines et des probiotiques qui, eux, ne supportent pas la pasteurisation. "Le grain est utilisé en l'état ou broyé plus ou moins selon la densité finale. La finesse du mélange [poudre de lait infantile, ndlr] est importante avec une densité régulière et compatible à la dosette".

En phase de calage, l'usine produit de petits volumes de lait infantile sous la marque France Lait, pour sa filiale Régilait détenue à 50 % par Laïta (50 % par Sodiaal), conditionnés dans un tout premier atelier de boîtage. Lait infantile et poudre de lait haut de gamme sont contrôlés dans le nouveau laboratoire high-tech qui réalisera "1 500 analyses par jour, 365 jours sur 365". L'agrément pour le marché chinois est en cours. Cela dit, les dirigeants de Laïta se sont montrés peu "bavards" sur les perspectives commerciales et préfèrent souligner l'indépendance stratégique du groupe, "sans ouverture du capital".

En chiffres

Unité

  • 80 emplois directs créés
  • 36 mois de travaux
  • 47 m de hauteur, 200 m de long
  • 30 000 tonnes de capacité de production (tour de séchage)

Groupe

  • 8e entreprise coopérative laitière européenne avec 1,2 milliards d'euros de chiffre d'affaires
  • 1,5 milliards de lait collectés
  • 3 250 exploitations dans le grand Ouest
  • 2 750 salariés
  • Présence dans plus de 110 pays, 6 filiales en Europe

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui