Terra 06 novembre 2015 à 08h00 | Par Chantal Pape

Le bonheur, ça se cultive !

Oui, le bonheur aussi se cultive ! Comme une prairie ou un champ de blé, il faut en prendre le plus grand soin au jour le jour, si on veut qu'il prenne racine dans nos vies. Le point avec Béatrice Le Tennier, psychothérapeute.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © H.B

Il existerait des recettes à appliquer pas à pas pour être sûr d'être heureux ? Hélas, les choses ne sont pas si simples et Béatrice Le Tennier préfère parler de pistes, "qu'on connaît déjà tous, mais qu'on oublie d'appliquer au quotidien".

Mais qu'est-ce que le bonheur ? De l'argent ? Du travail ? Une famille ? Des amis ? "Chaque individu a sa propre définition du bonheur, affirme la psychothérapeute. Et il faut commencer par un peu d'introspection, et bien se connaître pour savoir ce qui nous anime".

Un esprit sain dans un corps sain

"Le coeur donne la direction, le cerveau la solution, le corps la concrétisation". Cette citation, Béatrice Le Tennier s'en sert pour rappeler que le bonheur passe par une nécessaire harmonisation entre ces trois parties de nous-même. Et qu'il commence en prenant soin de son corps (alimentation équilibrée, exercice physique, sommeil...), et de son apparence (vêtements, coupe de cheveux...).

Rompre l'isolement

"L'homme n'est pas un animal solitaire ! Dans la vie professionnelle comme dans la vie privée, on a besoin de relations sociales harmonieuses". Et Béatrice Le Tennier d'évoquer ces agriculteurs, qui ont tendance à s'isoler quand ça ne va pas, à ne pas parler de leurs difficultés. "Et ça débouche sur une déprime, la dépression voire le suicide". Un isolement qu'il faut parvenir à rompre pour gagner en mieux-être. "On dit volontiers qu'une joie partagée se multiplie, tandis qu'une peine partagée se divise".

Avoir confiance en soi

Mais ces relations à l'autre sont bien souvent le miroir des relations que l'on entretient avec soi-même. "Il faut avoir suffisamment d'estime de soi pour avoir confiance en soi, faire des projets et se sentir capable d'y arriver, avant d'en arriver à l'affirmation de soi, qui permet de prendre pleinement sa place". Un cheminement pas si évident pour certains. "Mais des outils existent, à chacun de trouver les siens".

Garder l'équilibre

Pour se sentir bien, chacun devra aussi s'occuper de ses "besoins relationnels"  : amour, acceptation, sécurité, écoute, affirmation, liberté, création, reconnaissance et respect. S'ils sont nécessaires à tous "pour garder l'équilibre", chaque individu aura, pour chacun de ces besoins, une exigence plus ou moins forte. "Et le risque est grand de penser que les autres sont comme nous, indique Béatrice Le Tennier. Il ne faut donc pas hésiter à dire clairement nos besoins : l'autre ne peut pas les deviner".

Pour être heureux, il faut aussi vivre en cohérence avec ses valeurs, y compris dans la sphère professionnelle. Des valeurs qui, là encore, nous sont propres. "Pour les connaître, rien de plus facile ! Pensez à votre 85e anniversaire et à ce que vous aimeriez que votre famille et vos amis disent de vous ce jour-là. Et ce qui est essentiel pour vous vous apparaîtra clairement".

Oser dire non

Parmi les clés du bonheur, figure aussi la gestion du temps. "Vous n'aurez jamais le temps de tout faire, s'exclame Béatrice Le Tennier. Il faut établir des priorités, savoir ce qui est vraiment important pour vous. Et apprendre à dire non". Une astuce pour celles et ceux pour qui c'est vraiment très difficile. "Vous ne dites pas non à la personne, mais à l'activité qu'elle vous propose... ou tente de vous imposer".

Autre petit secret pour être heureux : avoir des projets, se lancer de nouveaux défis. "Ils permettent de combattre la routine, de s'ouvrir à l'inconnu". Et savoir savourer les petits bonheurs du quotidien.

Vivre l'instant présent

"Pour avancer, il faut aussi faire la paix avec son passé, conseille Béatrice Le Tennier. Et vivre pleinement le moment présent". En n'hésitant pas à couper son téléphone portable, à débrancher ordinateur et tablette, histoire d'être à 100 % à ce que l'on fait.

"Il faut aussi faire le vide", rajoute la psychothérapeute. Une façon de gagner du temps. "En éliminant de votre intérieur les objets inutiles, vous gagnez 40 % sur le temps de ménage". Et de se désencombrer l'esprit, ce qui est tout aussi appréciable...

Il faut également prêter attention à sa posture. "Elle représente nos humeurs. Se tenir droit plutôt qu'avachi donne l'air plus conquérant". Et régulièrement prendre le temps de se poser. "L'être humain est en perpétuel devenir. Il faut, de temps en temps, se réinterroger pour savoir si on est toujours en accord avec nos valeurs, distinguer le superficiel de l'essentiel".

 

Une réunion organisée par la MSA

Parmi les missions des délégués de la MSA d'Armorique figure aussi l'animation du territoire. Et, tous les ans, ils organisent des réunions d'information, ouvertes à tous. Si elles tournent souvent autour de problèmes de santé, hypertension, dons d'organe, mal de dos..., les élus du secteur de Brest (29) ont innové cette année, en invitant Béatrice Le Tennier, psychothérapeute, à divulguer quelques recettes du bonheur.

 

 

 

Derniers petits conseils...

On n'a qu'un corps pour toute la vie, autant l'accepter,

Tirer parti des leçons que la vie nous donne, histoire de ne pas refaire les mêmes erreurs,

Ne pas avoir peur de se tromper, c'est aussi une façon de progresser,

On n'a jamais tout appris,

Là-bas n'est pas mieux qu'ici,

Les autres ne sont que le reflet de nous-mêmes,

Ce que nous faisons de notre vie est de notre responsabilité,

Les réponses sont à l'intérieur de nous-mêmes

La France, championne du monde du pessimisme

Tous les ans, l'ONU publie un rapport sur le bonheur, dans lequel il classe les pays selon six critères : le PIB/habitant, l'espérance de vie en bonne santé, l'absence de corruption et, plus étonnant, la possiblité de faire ses choix librement, la générosité et le fait de pouvoir compter sur quelqu'un. Si le Danemark et la Norvège arrivent en tête, suivis de la Suisse et des Pays-Bas, la France ne se classe que 25e, entre le Brésil et l'Allemagne !

Et un sondage nous a carrément classé pays le plus pessimiste du monde ! Il fallait répondre à une seule question : pensez-vous que vos enfants seront plus heureux que vous ? Si le Japon prend la tête des pays les plus optimistes, avec 79 % de oui, suivi de près par le Royaume-Uni, 72 %, les Français sont bon derniers de la classe, avec seulement 13 % de oui, bien loin de la Grèce et ses 65 %...

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui