Terra 31 mars 2016 à 08h00 | Par Propos recueillis par Paul Jegat

Le collectif pour rompre l'isolement

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Colette Delamarre, aAdministratrice MSA Portes de Bretagne et caisse centrale MSA
Colette Delamarre, aAdministratrice MSA Portes de Bretagne et caisse centrale MSA - © Terra

Comment est venue l'idée de cette initiative avenir en soi mise en œuvre par les MSA en Bretagne ?

Colette Delamarre. À l'origine, en 2006, c'était une préconisation de la caisse centrale à laquelle la MSA d'Ille-et-Vilaine à l'époque a d'emblée voulu répondre, Puis, à la fusion des caisses du Morbihan et d'Ille-et-Vilaine, le comité d'action sanitaire et sociale a considéré qu'il fallait continuer dans cette voie. Cette démarche a été reprise par la MSA Armorique dans les départements du Finistère et des Cotes d'Armor. Mais il s'agit bien d'une initiative volontaire des MSA. Et nous y avons mis les moyens nécessaires, notamment en formant nos travailleurs sociaux à ce type d'accompagnement des personnes en détresse.


→ En quoi cette démarche "Avenir en soi" se différencie-t-elle des accompagnements classiques effectués par les travailleurs sociaux ?

C.D. La grande différence, c'est l'approche collective proposée à des personnes qui, du fait de leurs difficultés, se sont souvent repliées sur elles-mêmes. Cette proposition que nous leur faisons de rejoindre un groupe constitué de personnes rencontrant elles aussi des difficultés est d'autant plus nécessaire que les besoins sont importants, notamment dans le contexte agricole actuel. Mais ce dispositif est ouvert aussi bien aux exploitants qu'aux salariés affiliés à la MSA. Un élément commun rapproche toutes ces personnes : quand on ne va pas bien, on ne sait plus par où prendre le dessus sur les événements, on ne voit plus clair, on est désorienté. La démarche collective rompt l'isolement et permet de relativiser ses propres difficultés. Chacun rencontre des gens qui ont les mêmes soucis que soi, dans un cadre totalement confidentiel et en pleine confiance.Tout cela conserve un caractère très confidentiel. L'objectif est d'aider toutes ces personnes à trouver elles-mêmes les compétences qui leur permettront de sortir de leurs situation de détresse.


→ Comment ces personnes en difficultés sont-elles orientées pour adhérer à la démarche "avenir en soi" ?

C.D. Dans la grande majorité des cas, ce sont les travailleurs sociaux qui, dans le cadre de leur mission, ont été mis en contact avec ces personnes. Quelqu'un qui est exploitant et se demande comment il va s'en sortir dans son travail, un couple dont la séparation qui se passe mal menace jusqu'à l'activité professionnelle, dans toutes ces situations très différentes, les travailleurs sociaux peuvent être amenés à apporter un soutien. Au cas par cas, ils proposent à ces personnes en détresse de participer à un accompagnement en groupe dans le cadre d'avenir en soi. Il n'y a rien de contraint et ne participent à la démarche que ceux qui le souhaitent.

À ces contacts entrepris par les travailleurs sociaux, s'ajoutent les contacts spontanés de personnes intéressées à s'engager dans la démarche parce qu'ils en ont entendu parler, y compris par des connaissances qui l'ont suivie et en pensent le plus grand bien.

Enfin, les délégués MSA peuvent jouer un grand rôle pour faire connaître le dispositif auprès de personnes rencontrant une grande fragilité. Cette veille exercée par les délégués MSA, présents partout sur le territoire, est l'un de ses meilleurs atouts dans sa mission sociale.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes