Terra 24 mars 2016 à 08h00 | Par Chantal Pape

Le Crédit agricole accompagne les projets de territoire

Si le Crédit agricole est la banque d'un finistérien sur deux, elle se veut acteur majeur de son territoire, en soutenant l'agriculture ou en accompagnant les filières d'avenir que sont la mer ou le numérique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Nicolas Venard, directeur général de la Caisse régionale de Crédit agricole du Finistère, et Jean-Paul Kerrien, président
De gauche à droite : Nicolas Venard, directeur général de la Caisse régionale de Crédit agricole du Finistère, et Jean-Paul Kerrien, président - © Chantal Pape

"La crise agricole a fortement marqué l'année 2015". Mardi dernier, deux jours avant son assemblée générale, le Crédit agricole a présenté ses chiffres à la presse. Et Nicolas Venard, son directeur général, a commencé par évoquer le travail mené par la banque verte auprès de l'agriculture. "Nous avons échangé avec les groupements porcs sur les mesures à mettre en place pour passer la crise, avant de rencontrer les producteurs pour un bilan individuel". Et, sur les 1 000 élevages que compte le département, 200 plans spécifiques d'accompagnement ont été mis en place, les autres ayant bénéficié d'une augmentation des plafonds de trésorerie "pour passer le cap". Une démarche initiée également en production laitière. "Que les producteurs n'hésitent pas à venir échanger sur leurs difficultés ! Notre volonté est de maintenir le maximum d'activité agricole dans le département".

 

Investir

 

Le Crédit agricole a clôturé 2015 sur un résultat de 61,6 millions d'€, en léger retrait par rapport à 2014. "On a assisté à une diminution très forte des taux d'intérêt, rappelle Nicolas Venard. Si les ménages en ont profité pour renégocier leurs prêts, "ce qui leur a donné un gain de pouvoir d'achat de 20 millions d'€/an", la banque a vu ses marges se restreindre, malgré une activité soutenue. "Nous avons besoin de 50 à 55 millions d'€/an pour conforter nos fonds propres et continuer à investir sur le territoire, indique le directeur général, en citant la volonté de la banque de maintenir toutes ses agences, voire d'en ouvrir de nouvelles, son engagement dans les filières mer et numérique ou dans le "Bien vieillir en Finistère", l'ouverture prochaine d'une "nursery" de start up aux Capucins, à Brest...

 

Accompagner

 

Sur ce résultat, le Crédit agricole consacre 5 millions d'€ par an à la SAS Force 29. "Au départ, nous l'avions imaginé pour aider à la transmission hors cadre familial d'exploitations agricoles porcines ou serristes, à capital important", rappelle Jean-Paul Kerrien. Mais aucun projet n'a jusqu'à présent vu le jour. "La profession agricole, qui ne veut pas perdre la maîtrise de son outil, n'est sans doute pas prête". Pourtant, d'autres secteurs d'activité s'y sont engagés, notamment dans la filière mer. "Il s'agit juste de porter une partie du capital pendant 5 à 7 ans".

Toujours pour accompagner les projets de territoire, le Crédit agricole a réactivé sa filiale Ty Nay. "C'est elle qui va porter le projet immobilier des Capucins. Elle aussi qui va accompagner la CCI dans l'appel d'offres pour la gestion des aéroports de Brest et Quimper, ou la station biologique de Roscoff dans ses projets".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui