Terra 27 juin 2014 à 08h00 | Par Hélène Rongier

Le meilleur de la génétique normande mis aux enchères

Le Gaec Corbet accueille la treizième vente PMS Normande, les 2 et 3 juillet, à Landemont dans le Maine-et-Loire. Interview de Laurent Corbet, l’un des associés du Gaec.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La vente PMS se déroulera dans le vignoble nantais. L'occasion de découvrir la race normande.
La vente PMS se déroulera dans le vignoble nantais. L'occasion de découvrir la race normande. - © Terra

Votre exploitation accueillera, les 2 et 3 juillet, la vente PMS Normande (Partenaires motivés de sélection).


Laurent Corbet.
Nous sommes ravis d’accueillir cette vente en tant qu’adhérents de l’association PMS Normande. Surtout que pour la première fois, la vente est délocalisée au sud de la Loire, dans le vignoble nantais. Ce positionnement permet d’accueillir un plus large public. 70 élevages sont attendus de La Rochelle à Rouen, en passant par Brest. Tout le grand Ouest sera représenté. Et nous attendons de 5 000 à 7 000 personnes durant les deux jours.

Quelle est la particularité de cette vente ?

L.C. Une cinquantaine de vaches et une quinzaine de génisses seront mises aux enchères. Plusieurs types de ventes sont organisés. Il y aura une vente de vaches reconnues à la fois pour leur qualités morphologique et génétique qui pourront être exploitées et divulguées au sein des élevages des nouveaux acquéreurs.

Une autre vente sera consacrée aux génisses de haute valeur génétique. Je dirais même que ce sont les meilleures génisses du moment qui seront valorisées par l’intermédiaire du schéma de sélection en race normande et donc développées par la voie mâle par les unités de sélection au sein des troupeaux normands.

Dans les deux cas, les mises à prix débuteront entre 1 800 et 2 000 euros.

1 800 à 2 000 euros minimum, les agriculteurs sont-ils prêts à investir autant ?

L.C. Si le prix peut paraître élevé, il faut réfléchir en termes d’investissement. Si par exemple, je vends une vache 3 000 euros, ces 3 000 euros me permettront de réinvestir dans la génétique d’un autre élevage. Ainsi la génétique normande évolue plus rapidement. C’est aussi, avant tout, la rémunération de notre travail au juste prix.

PMS Normande est une association qui regroupe une centaine d’éleveurs sélectionneurs. Elle permet de valoriser la race et son produit mais aussi mettre en valeur le travail quotidien du sélectionneur. L’objectif premier de ces deux journées : échanger de la génétique et faire profiter aux éleveurs du travail de sélection d’un élevage.

Quel est l’impact sur le territoire de ce genre d’initiatives ?

L.C. Grâce à cette vente, nous participons à la dynamique rurale du territoire. 150 bénévoles travaillent corps et âme pour le bon déroulement des deux jours. Par exemple, l’école de Landemont sera présente le deuxième jour de la vente. Les enfants découvriront comment fonctionne une exploitation. Des associations se joignent à l’événement. Comme Mauges élevage passion, qui va nous aider dans la préparation des animaux en vente.

Pour nous, éleveurs, ce sera aussi l’occasion de mettre en valeur la race normande. Il nous faut davantage souligner son caractère mixte, sa qualité gustative. Pour l’occasion, nous ferons découvrir la normande de type culard. C’est pour cette raison que nous présenterons une vache de l’élevage de Jean-Pierre Cassin (49), qui sera très bien finie.

- © Terra

L'exploitation

Trois associés, un salarié à temps partiel.

200 hectares,

900 000 l de quota. 120 VL à 8 300 kg, 180 vêlages. Age moyen au vêlage : 26 mois. 30 VL vendues en lait par an.

Morphologie : 86 points/100.


Girafe, la marque de l'élevage Corbet

Vendre une vache à l’avenir prometteur, ce n’est pas du sacrifice mais promouvoir son élevage normand. C’est ainsi que raisonne le Gaec Corbet en proposant aux enchères trois vaches en lait et une génisse lors de la vente PMS. Parmi elles, Girafe, une vache avec moins de 100 jours de lactation avec une production de 26 kg de lait à moins de dix jours de vêlage. La jeune vache a déjà écumé les podiums au concours de génisses à Saint-Etienne et au national génisses de Mayenne. "Elle peut prétendre à des concours d’envergure nationale. On aurait pu l’emmener au Space en septembre", confie Laurent Corbet, l’un des éleveurs du Gaec. Ses qualités ? "C’est une jeune vache prometteuse avec beaucoup de développement, une mamelle remarquable et des aplombs solides", selon lui. C’est une vache "qui illustre la marque de l’élevage Corbet" de part ses qualités morphologiques en particulier au niveau de la mamelle. Le Gaec, en proposant cet animal, souhaite partager sa génétique dans d’autres élevages.

Programme

Mercredi 2 juillet :

- 10h-12h30 : ouverture au public, rencontre des exposants et découverte des animaux.

- 14h-17h : atelier spécialisé génisses. Thème : "alimentation et santé", avec la participation de Jean-Marc Helliez (vétérinaire conseil),

Vente aux enchères vaches repro n°1,

Soirée conviviale.

Jeudi 3 juillet

- 10h -12h30 : visite guidée sur le logement et l’équipement d’élevage de la génisse,

Vente aux enchères vaches repro n°2.

- 14 h -17 h : défilé animé génisses, avec la participation d’Albéric Valais, directeur de l’OS Normande,

Vente aux enchères Top génétique : les meilleures femelles génotypées du schéma normand.

- Lieu : Gaec Corbet, La Frémondière, Landemont (49), à quelques kilomètres de Nantes. Entrée gratuite.

 



Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui