Terra 31 juillet 2015 à 08h00 | Par Chantal Pape

Le Parc naturel d'Armorique recrée talus et haies

Pour recréer un paysage de bocage mais aussi préserver la qualité de l'eau et limiter l'érosion des sols, le Parc naturel régional d'Armorique a profité du programme Breizh Bocage pour implanter près de 5 hectares de haies et talus sur la commune de Pont de Buis lès Quimerc'h (29).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Devant un talus créé il y a un an et planté au printemps, (de gauche à droite) Roger Méllouet, 
maire de Pont de Buis lès Quimerc'h, Franck Respriget, vice-président du PNRA, Jérémy Bourdoulous 
et Léa Lelièvre, chargés de mission PNRA, et Gilles Morvan, agriculteur à Pont de Buis lès Quimerc'h.
Devant un talus créé il y a un an et planté au printemps, (de gauche à droite) Roger Méllouet, maire de Pont de Buis lès Quimerc'h, Franck Respriget, vice-président du PNRA, Jérémy Bourdoulous et Léa Lelièvre, chargés de mission PNRA, et Gilles Morvan, agriculteur à Pont de Buis lès Quimerc'h. - © TERRA

"Pour une fois que c'est la collectivité qui paie...". Producteur de porcs à Pont de Buis lès Quimerc'h, en Gaec avec son frère, Gilles Morvan n'a pas hésité bien longtemps quand le PNRA, le Parc naturel régional d'Armorique lui a proposé de créer haies et talus sur ses parcelles. Fortement en pente, elles ont souvent été érodées par de fortes pluies et il songeait, depuis quelques temps déjà, à faire quelque chose.

Remembré
pour la voie express

"Ici, le remembrement date de 40 ans, indique Roger Méllouet, le maire de la commune. Il a été rendu obligatoire en 1975, lors de la création de la voie express entre Quimper et Brest". Depuis, les parcelles ont continué à s'agrandir et le PNRA a saisi l'opportunité du programme Breizh Bocage pour réfléchir à la restauration du bocage. "Nous voulions limiter l'érosion des sols, améliorer la qualité de l'eau et travailler sur le paysage", rappelle Franck Respriget, vice-président du PNRA. Les agriculteurs ont été associés à la réflexion. "Taille des parcelles, largeur ou localisation des entrées... tout a été discuté avec eux", précise Jérémy Bourdoulous, du PNRA.

4,5 ha de talus
et 4 000 arbres

Au final, cinq agriculteurs adhèrent à la démarche et, en deux ans, 4,5 km de haies et talus sont recréés ou regarnis, et 4 000 aulnes, saules, chênes pédonculés, frênes ou noisetiers replantés. Gilles Morvan en a profité pour couper en deux des parcelles très en pente et tout en longueur, et protéger un ruisseau grâce à un talus prolongé d'une bande enherbée. "La première année, un étang s'est formé derrière le talus, et il a fallu ouvrir une brèche. Maintenant, tout est rentré dans l'ordre et il joue à plein son rôle". De son côté, le PNRA s'est engagé à entretenir haies et talus pendant trois ans. Et s'apprête à lancer un autre programme, dans un autre secteur du parc.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui