Terra 26 janvier 2016 à 08h00 | Par Chantal Pape

Les agriculteurs en ont "plein les bottes"

Lait, porc, légumes... Toutes les productions vont mal et les agriculteurs sont à bout. C'est le message qu'ils sont allés porter le 20 janvier dernier au Préfet, à Quimper.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
14h, le mercredi 20 janvier : une vingtaine de tracteurs arrivent en centre-ville de Quimper... © Chantal Pape ... et s'arrêtent place de la Résistance. Plus que des aides, les agriculteurs veulent qu'il soit mis fin aux distorsions de concurrence © Chantal Pape Les agriculteurs en ont plein les bottes et ont voulu le faire savoir au Préfet © Chantal Pape Après avoir porté leurs revendications au Préfet,  les JA ont pris la parole devant près de 300 manifestants © Chantal Pape En fin d'après-midi, les agriculteurs ont bloqué l'une des sorties de la cité administrative de Quimper. © Chantal Pape

"2 000 truies de moins à Lannilis, autant à Ploudalmézeau. Et les vaches, c'est pareil". Le 20 janvier dernier, alors que les agriculteurs arrivent peu à peu place de la Résistance, à Quimper, il n'est question que des arrêts d'activité dans les conversations. En lait, en porc ou en légumes, les cours sont au plus bas, les trésoreries exsangues et le moral en berne. Et, à l'appel de la FDSEA et des JA, la mobilisation veut dénoncer le ras-le-bol dans les campagnes.

 

Stop aux distorsions de concurrence

 

"On en a plein les bottes", résume Sébastien Louzaouen. Le président des JA vient d'être reçu par le Préfet pendant une heure. Et, devant près de 300 personnes, il refait le point sur leurs échanges. "Il est urgent de mettre fin aux distorsions sociales, fiscales et normatives au sein de l'Union européenne". Une revendication déjà présentée lors de la grande manifestation à Paris, début septembre. "Mais Stéphane Le Foll est sourd à nos demandes".

"80% de la viande servie en restauration hors foyer et 50% de la viande vendue en grande surface est d'origine étrangère", rappelle Yves-Hervé Mingam, responsable du groupe porc des JA. Pour que le consommateur puisse choisir en toute connaissance de cause, il réclame l'indication d'origine sur les produits. "On a mis 5 ans à l'avoir sur le frais. On mettra le temps qu'il faudra pour l'obtenir sur les produits transformés". Démarrée sur le porc, la démarche s'étend maintenant au lait et aux produits laitiers.

 

Repartir sur les routes

 

Soigneusement rangées le long des grilles en début de rassemblement, les bottes sont alors jetées dans les jardins de la Préfecture. Après avoir déversé un peu de foin place de la Résistance, les tracteurs se dirigent vers la cité administrative, et bloquent l'une des entrées. "Il est temps de se réveiller, lance Sébastien Louzaouen. Si l'Etat ne se bouge pas rapidement, on va repartir sur les routes". Une menace à peine voilée tandis que le blocage de la RN 12 se poursuit dans les Côtes d'Armor et que le Morbihan indique à son tour vouloir passer à l'action sur la RN 165.

 

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui