Terra 26 janvier 2017 à 08h00 | Par Audrey Dibet

Les chambres d'agriculture de Bretagne se redimensionnent

Les chambres d'agriculture de Bretagne ont régionalisé leur organisation et leur gouvernance au 1er janvier 2017. Premières en France à faire aboutir ce projet, elles en espèrent encore plus d'efficacité et de proximité avec les agriculteurs et les territoires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les présidents et directeurs des chambres d'agriculture de Bretagne, réunis sur la ferme de Jonathan Roulin et Maxime Taurin, à Plumaugat (22). Installés en 2012 et 2016, ces jeunes agriculteurs ont bénéficié de l'appui des chambres d'agriculture dans le cadre d'échanges parcellaires qui ont été cruciaux dans leur projet d'exploitation laitière biologique.
Les présidents et directeurs des chambres d'agriculture de Bretagne, réunis sur la ferme de Jonathan Roulin et Maxime Taurin, à Plumaugat (22). Installés en 2012 et 2016, ces jeunes agriculteurs ont bénéficié de l'appui des chambres d'agriculture dans le cadre d'échanges parcellaires qui ont été cruciaux dans leur projet d'exploitation laitière biologique. - © Terra

"Notre rôle est, quel que soit l'agriculteur, de l'accompagner dans sa démarche", soulignait Jacques Jaouen, le président de la "nouvelle" chambre d'agriculture de Bretagne, lors d'une conférence de presse le 20 janvier en présence des présidents et directeurs des quatre chambres départementales. Pour améliorer leur efficacité auprès des agriculteurs et leur présence sur les territoires, elles ont "renforcé leur organisation régionale a travers des commissions stratégiques et des directions régionales par métier", dans un contexte budgétaire par ailleurs contraint depuis quelques années. "Tout ce qu'on a pu bâtir, c'est d'abord au service des agriculteurs, avec davantage de collaborateurs dans nos 26 antennes", poursuit Laurent Kerlir, le président de la chambre d'agriculture du Morbihan.

18 territoires

Débutée en 1991, cette régionalisation est historique. "On finalise un processus engagé depuis longtemps", souligne Jacques Jaouen. Pour ces établissements publics qui assurent depuis 1924 une mission de service public ainsi que des prestations de services, il s'agissait avec la régionalisation de veiller à "l'équilibre entre l'intérêt général et l'accompagnement des projets individuels", précise Pascale Gelin, directrice de la chambre d'agriculture d'Ille-et-Vilaine. Équilibre également entre une organisation régionale par métiers et une organisation - renforcée - par territoire. "Il fallait qu'on colle notre organisation sur les EPCI* pour être au plus près des politiques, être acteur de nos territoires. C'est à ce niveau que cela va se passer", remarque Jacques Jaouen. La Bretagne sera composée de 18 territoires avec pour chacun un élu référent. Et pour la première fois, cette gouvernance "fonctionnera au niveau régional. Il y a un vrai besoin d'échanges d'expériences entre les territoires", observe Laurent Kerlir. "Les chambres départementales conservent un rôle important notamment pour faire du lien entre la région  et tous les territoires. Elles seront les garantes de l'expression des besoins sur les territoires".

630 salariés

Les chambres d'agriculture bretonnes sont dotées d'un budget de 70 millions d'euros (pour 702 millions au niveau national) et comptent 630 collaborateurs. Le travail de régionalisation s'est effectué sans aucun licenciement mais avec des mouvements de salariés, "intéressants, jugent les élus, "c'est une opportunité pour des collaborateurs d'évoluer". Les effectifs seront néanmoins ajustés avec le non-remplacement d'un départ sur deux à la retraite sur plusieurs années.

Les métiers de la "production" (agronomie, lait, viande) pèsent lourd au niveau des chambres d'agriculture de Bretagne avec un total de 250 collaborateurs. Du côté de la recherche appliquée, le travail de régionalisation, qui avait déjà été entrepris, s'étend maintenant au delà, aux régions de l'Ouest voire à tout le territoire. "Nous sommes toujours dans une logique de développer l'autonomie de décision des agriculteurs, mais avons conscience de la nécessité de nous réformer", souligne André Sergent, président de la chambre d'agriculture du Finistère. Particulièrement concernées par cette réorganisation, les stations expérimentales, vont passer de sept à quatre sur le territoire breton, "sans aucun licenciement mais avec un redéploiement des salariés". "La recherche coûte cher, poursuit André Sergent. Pour autant, il serait
dramatique de dire "stop" face à tous les enjeux qui sont devant nous".

De la même manière, les chambres d'agriculture mènent une réflexion sur leurs quatre centres de formation qui devraient néanmoins tous perdurer pour rester dans un périmètre accessible aux jeunes. "Disposer de vraies exploitations dans ces centres pour une mise en situation durant tout le cycle de formation est une originalité à laquelle on tient", précise Danielle Even, présidente de la chambre d'agriculture des Côtes d'Armor.

Au total, 180 salariés sont affectés aux domaines de l'installation-transmission, de la formation et du conseil aux entreprises. Et une centaine de collaborateurs sont dédiés aux domaines économiques, de politiques agricoles et de territoire. "Il est important de donner de la lisibilité sur les débouchés pour les jeunes qui s'installent", précise notamment Marcel Denieul, président de la chambre d'agriculture d'Ille-et-Vilaine.

La Bretagne répond enfin aux obligations légales (décret du 13 mai 2016) de régionaliser les fonctions support (soit 80 personnes en comptabilité, ressources humaines, systèmes d'information). Au delà des économies d'échelle évidentes, les chambres d'agriculture en attendent des effets positifs sur le travail des collaborateurs qui par ricochet seront bénéfiques aux agriculteurs.

 

*  Établissement public de coopération intercommunal.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui