Terra 12 octobre 2015 à 08h00 | Par Propos recueillis par Guillaume Bourge, FRSEA lait Ouest

"Les entreprises ont toutes les clés pour concrétiser leurs engagements"

Réunie le 1er octobre à l'initiative de Stéphane Le Foll, la table ronde de la filière laitière a prolongé les engagements pris cet été par la grande distribution jusqu'en début 2016, décision jugée positive par Pascal Clément. Mais pour lui, les entreprises laitières tardent encore à jouer le jeu et ne répercutent pas les revalorisations de prix aux producteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pascal Clément, président de la section lait de la FRSEA Ouest
Pascal Clément, président de la section lait de la FRSEA Ouest - © Terra

La table ronde du 1er octobre avait comme objectif de faire un point d’étape des engagements des entreprises et de la distribution. Qu’est-ce qu’il en ressort ?

Pascal Clément. En effet, cette nouvelle table ronde faisait suite à celle du 24 juillet, au cours de laquelle des engagements avaient été formulés pour permettre une revalorisation du prix du lait sur cette fin d‘année. Sous la présidence du ministre de l’Agriculture et en présence de l’ensemble de la filière et de la distribution, le médiateur des relations commerciales a présenté son bilan. Pour lui, la distribution a appliqué ses engagements et les hausses de tarifs en MDD et premiers prix représentent environ 80 millions d’euros à répercuter aux producteurs. Il a recommandé par ailleurs la prolongation des engagements des distributeurs sur le début de l’année 2016, la redistribution à leurs producteurs d’une partie des profits réalisés par les transformateurs sur les produits résultant de la transformation du lait collecté en France, l’élargissement à d’autres produits MDD - 1er prix au cas par cas et l’élargissement des efforts à la RHD.

Est-ce que cela correspond à ce que vous attendiez pour les producteurs ?

P.C. Oui et non ! Oui, parce que les engagements sont tenus par la grande distribution et cela rend possible une revalorisation du prix vitale pour les éleveurs laitiers. Certains producteurs en ont d’ailleurs vu les effets dès les factures de lait d’août et septembre. Les recommandations sont également positives, elles confortent le marché intérieur.

Non, parce que les entreprises n’ont pas répercuté l’autre engagement important du mois de juillet qui concerne le maintien des tarifs de février 2015 sur les marques nationales, ou encore l’augmentation de la part de marché du lait français dans les magasins. Les 80 millions identifiés doivent être complétés par les bénéfices des autres engagements, en particulier ceux qui permettent le maintien des tarifs des marques nationales.

Qu’attendez-vous pour les prochains mois ?

P.C. Dans les prochains jours ! Car la situation des producteurs ne peut plus attendre et se dégrade un peu plus tous les jours. Les entreprises doivent rapidement reprendre contact avec leurs producteurs au travers des organisations de producteurs et au sein des conseils de coopératives et appliquer les recommandations du ministre et du médiateur. Elles sont, à partir de maintenant, responsables du devenir de la filière laitière. Nous considérons que les entreprises ont toutes les clés pour concrétiser ces engagements sur les derniers mois de l’année.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui