Terra 11 février 2016 à 08h00 | Par Arnaud Marlet

Les plateformes logistiques dans le viseur des agriculteurs

Cette semaine, plusieurs plateformes logistiques d'approvisionnement des grandes surfaces ont été la cible des agriculteurs. Une façon de faire pression à l'heure où se déroulent les négociations entre les GMS et ses fournisseurs, les industriels de l'agroalimentaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
À Bain de Bretagne le blocage avait débuté dès vendredi dernier. Devant la plateforme Stef, le blocage a dû être levé mardi après-midi, suite à une action en référé. À Argentré du Plessis, c'est la base Intermarché qui a été visée.

"On bloque la centrale d'achat Carrefour et on filtre les camions qui distribuent les grandes surfaces aux alentours", explique Nicolas Demy, JA 35 en poste sur le blocage de Bain de Bretagne, devant la STEF. Ici, l'action a débuté spontanément vendredi midi,  jusqu'au samedi soir. "On est revenu le dimanche soir en nombre avec 150 personnes qui sont venues preter main forte", ajoute Nicolas Demy. Un roulement a été mis en place par secteur avec des créneaux de 5 heures. Mardi en début d'après-midi, une action en référé intentée par la société Stef a conduit les agriculteurs à lever le barrage à Bain de Bretagne. Cette astreinte à hauteur de 1 000 euros par heure, leur a été signifiée en fin de matinée par un huissier. Les agriculteurs sont repartis de Bain-de-Bretagne avec leurs tracteurs en direction du Grand-Fougeray. Leur intention ? Bloquer le site d'approvisionnement du groupe Intermarché.

Les distributeurs mettent
la pression

A Gaël, c'est la plateforme Easydis, qui approvisionne les magasins Géant et Casino qui était bloquée depuis dimanche soir. À Argentré du Plessis, c'est la base logistique d'Intermarché qui est bloquée depuis lundi soir. "Le but est de paralyser l'approvisionnement des magasins Intermarché sur plusieurs jours", explique Christian Mochet, agriculteur en production laitière à Servon-sur-Vilaine et administrateur FDSEA. Et d'ajouter : "Les distributeurs continuent à mettre la pression sur les industriels. A chaque fois que le prix descend chez un  industriel, celui-ci le répercute au producteur. On ne peut plus l'accepter ! On veut que les distributeurs puissent négocier en fonction de notre prix de production".

Les agriculteurs demandent des prix davantage rémunérateurs et une meilleure répartition des marges. "On est allé faire des
relevés de prix dans des magasins. On a constaté que sur certains produits les grandes surfaces faisaient jusqu'à 54 % de marges !", s'exclame Rénée, agricultrice dans le département. "On se doutait bien où étaient les marges mais quand même pas dans ces proportions. Il faut que ça change maintenant !", renchérit un de ses collègues.

D'autres blocages de plateformes ont débuté à partir de mardi, comme à Liffré, sur la plateforme d'approvisionnement de Lidl ou encore au Rheu sur celle des magasins Carrefour. A chaque fois, les éleveurs présents envisagent une action sur la durée et veulent bloquer jusqu'à la fin de la semaine... A moins qu'ils soient délogés avant.

Mercredi, la plateforme de Gaël venait d'être libérée par les CRS.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui