Terra 12 novembre 2015 à 08h00 | Par Les responsables foncier JA Damien Blanchard (22) Gwenole Puech (29) Freddy Faucheux (35) Thomas Guegan (56)

Lettre ouverte aux candidats aux élections régionales

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Chaque année, en France près de 70 000 hectares disparaissent au profit de l’urbanisation, soit 26 m2 chaque seconde. 2 000 installations sont ainsi rendues impossibles. La problématique de la conservation des sols devient préoccupante, et surtout le fait que ces espaces sont considérés comme des variables d’ajustement des politiques publiques.

L’agriculture est le poumon de la Bretagne, par son utilité économique, environnementale et sociétale. Si nous voulons relever le challenge du renouvellement des générations en agriculture, il faut, en Bretagne, une politique foncière efficiente et en cohérence avec nos enjeux. Pour cela, il devient urgent de faire en sorte que les politiques d’urbanisme des différentes collectivités soient mieux coordonnées afin d’éviter les mises en réserves foncières abusives par certaines d’entre elles. Pour cela, la mise en place de plans locaux d’urbanisme communautaire doit être généralisée à tout le territoire breton.

Autre point, l'exécution de travaux de boisement ou reboisement pour une surface correspondant à la surface défrichée, est assortie, d'un coefficient multiplicateur compris entre 1 et 5. Quelle est la réelle utilité de cette mesure en Bretagne ? JA demande l’application stricte du 1 pour 1 sur les quatre départements.

Trop de projets individuels ou collectifs génèrent du gaspillage de foncier par rapport à leurs besoins réels. Certes, nous pouvons reconnaître les efforts réalisés pour densifier l’habitat, mais il reste encore trop de zones blanches, ou de surfaces inaccessibles à l’agriculture. Nous pensons que des mesures fiscales adaptées permettraient de limiter les pertes de surfaces agricoles. Dans le même sens, le photovoltaique au sol, les diverses normes concernant la viabilisation des zones d'activité ou encore la démesure de certains aménagments routiers nous laisse sans voix.

Enfin, en terme d’aménagement du territoire, nous tenons à ce que la priorité soit donnée au maintien et projets en lien avec l’activité agricole. La Safer n’est pas un outil au service des collectivités territoriales. C’est un outil créé par les agriculteurs, pour les agriculteurs. La gouvernance de la Safer doit rester à dominante agricole.

Aussi, dans le cadre de l’élaboration du schéma régional des exploitations agricoles (SRDEA), pour laquelle la région est partie prenante, nous ne pouvons admettre que l’attribution de terres agricoles puisse être dictée par un document purement réglementaire, tel que l’impose la loi d’avenir agricole.

Les Commissions d’orientations agricoles (CDOA) doivent avoir la possibilité d’émettre un avis, basé sur le bon sens paysan.

Nous comptons sur votre réelle détermination pour faire en sorte que chaque jeune puisse s’installer dans de bonnes conditions en Bretagne. Relevons ensemble le challenge du renouvellement des générations en agriculture !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui