Terra 08 février 2016 à 08h00 | Par Emmanuelle Le Corre

"Mettre l'accent sur l'humain"

Une cellule de veille sociale, coordonnée par la chambre d'agriculture, est annoncée courant février.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Visages graves des agriculteurs pendant les blocus routiers des dernières semaines.
Visages graves des agriculteurs pendant les blocus routiers des dernières semaines. - © terra

"Nous vivons une crise sans précédent d'une violence extrême. Au vue de ce constat, le plan de soutien de l'élevage n'est pas suffisant : face à la détresse, c'est un plan d'urgence et de sauvetage qu'il faut instaurer", introduit Yvon Boutier, élu de la chambre d'agriculture en charge du suivi du plan de soutien mis en place par le gouvenement.
Passé le constat, face à l'urgence et l'absence de solutions concrètes, la chambre d'agriculture annonce après le 8 février la mise en place officielle d'une "cellule de veille sociale", qu'elle coordonnera avec ses partenaires que sont la MSA, le conseil départemental, la DDTM, la DDPP et l'association Agir. "Face à la situation exceptionnelle et quand les agriculteurs ne vont pas bien, la chambre d'agriculture a aussi vocation à coordonner les actions de ses partenaires, à nous mettre tous en mouvement", décrit Danielle Even, secrétaire générale de la chambre 22.


Intervenir très en amont
La cellule de veille sociale aura pour rôle d'intervenir auprès des agriculteurs confrontés à des difficultés financières, techniques, personnelles ou familiales, dans le but de rompre l'isolement et d'envisager des solutions. "La différence avec ce qui se fait déjà est d'être dans l'anticipation"."Plus une situation est prise en amont, mieux c'est", confirment Benoît Roncin, conseiller d'entreprise et Véronique Hamon, juriste, en charge de l'accompagnement des agriculteurs en difficulté à la chambre d'agriculture. Familles, techniciens, comptables, entourage, organisations économiques... tous sont sollicités pour intervenir auprès de la cellule en cas de signaux d'alerte repérés.
Pour accomplir cette mission de coordination sur tout le département, la chambre d'agriculture dispose d'un service de 14 conseillers d'entreprise et d'une juriste.

Janvier : recrudescence des liquidations

La chambre d'agriculture avance quelques chiffres sur la crise qui touche l'élevage dans le département. Il y a effectivement une forte recrudescence des procédures judiciaires. Les réglements amiables agricoles ont "doublé entre 2014 et 2015", indique la juriste Véronique Hamon. Quant aux procédures de liquidation judiciaire, un accroissement est observé sur le mois de janvier 2016. La chambre d'agriculture fait état de 8 liquidations judiciaires sur le mois dont 6 en élevage porcin. 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui