Terra 03 juillet 2014 à 08h00 | Par Chantal Pape

Organiser la restructuration des abattoirs porcins

L'assemblée générale de Prestor, le 27 juin dernier à Carhaix (29) a été l'occasion pour le troisième groupement de producteurs de porcs français de rappeler qu'il a fait de la technique son cheval de bataille. Mais aussi d'en appeler à l'ensemble des acteurs pour qu'ils jouent plus collectif pour faire face aux difficultés que traverse la filière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Olivier Cormier, directeur de Prestor, et Guillaume Roué, président.
Olivier Cormier, directeur de Prestor, et Guillaume Roué, président. - © Terra

Troisième coopérative porcine française, Prestor a commercialisé, l'an passé, 1,9 million de charcutiers. Un chiffre en diminution de 4% en un an, quand le nombre de réformes, lui, est en progression. "L'effet de la crise", estime Olivier Cormier, le directeur. Mais aussi des mises aux normes bien-être, certains éleveurs ayant préféré arrêter le naissage que de se lancer dans de coûteux travaux.

Prestor compte 580 adhérents en Bretagne et Pays de Loire, dont 371 naisseurs-engraisseurs et 7 ateliers de naissage collectif. Et a fait des résultats techniques son cheval de bataille. "Tout ce qui est mesurable est améliorable" est devenu la devise du groupement, qui compte 83% d'élevages en GTE, quand la moyenne bretonne se situe aux alentours des 50%. Et les résultats sont là : 23,5 porcs produits par truie présente contre 23 en moyenne en Bretagne, un indice de consommation de 2,84 contre 2,85... "Et le gain est de 54 €/truie, calcule Olivier Cormier. Ce qui représente 12 400 € pour l'élevage moyen de Prestor, avec 230 truies".

Si le groupement incite ses éleveurs à l'excellence technique, il travaille aussi sur la réduction des frais vétérinaires et des antibiotiques, et sur les économies d'énergie. "Pompes à chaleur, échangeurs d'air, isolation, ventilateurs économes en énergie... : nos éleveurs ont déposé 172 dossiers PPE, se félicite Olivier Cormier. Et l'économie réalisée est équivalente à la consommation annuelle d'une commune de 4 000 habitants". Autre sujet de satisfaction, "un jeune éleveur sur trois qui s'est installé en Bretagne l'an passé a choisi Prestor".

Retrouver de la compétitivité

"50% des éleveurs de porcs ont, aujourd'hui, des difficultés de trésorerie. C'est inacceptable !" Guillaume Roué y voit là la suite logique d'une politique française menée depuis 15 ans. "On nous a empêché d'investir, de travailler. Et on nous a grevé de charges". Résultat : le maillon production a perdu en compétitivité et entamé une phase de décroissance. Et ses difficultés se répercutent sur les autres maillons de la filière. "Gad vient de fermer un outil, rappelle le président de Prestor. Et le second souffre, comme souffrent tous les outils industriels d'abattage-découpe". Une seconde fermeture en vue ? "On nous annonce une baisse de production de l'ordre de 3% en 2014". Baisse qui devrait se poursuivre en 2015, "même si le gouvernement vient de donner un signal aux éleveurs, qui peuvent maintenant envisager de repartir en avant".

Les outils sont loin d'être saturés, ce qui plombe leur compétitivité. "Pour éviter une fermeture, et le drame social qui va avec, il faudrait une restructuration organisée, plaide Guillaume Roué. Mais, pour cela, il faudrait réunir tous les acteurs autour de la table. Et, dans ce dossier, il n'y a pas de volonté de travailler au niveau du territoire et de voir ensemble comment calibrer l'abattage-découpe". Et le président de Prestor d'enfoncer le clou. "Le collectif nous a porté et a permis de tirer la Bretagne vers le haut. Mais il est en train de s'effriter. Or, seul, ça ne marche jamais ! "

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui