Terra 13 octobre 2017 à 08h00 | Par Claire Le Clève

Parc éolien de Radenac, une inspection au sommet

C'est l'un des 161 parcs éoliens terrestres installés en Bretagne. À Radenac, dans le Morbihan, les éoliennes qui le composent sont des installations classées, soumises au même régime que les autres. Idem en matière de contrôles et d'inspections. Rendez-vous au sommet, 146 m plus haut que le plancher des vaches.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© Terra) Localisation des parcs et mats éoliens en Bretagne (source Dreal 2017) © Terra Casqué, harnaché, sanglé, paré de mousquetons... tout l’équipement nécessaire à une inspection à 100 m de haut. Des métiers de maintenance spécifiques pour lesquels une formation s’est © Terra L’électricité éolienne, c’est une richesse pour nos territoires © Terra L’éolien au sol en France fournit le quart des énergies renouvelables produites. © Terra

14h15, Coëtdevent, Radenac, mardi 3 octobre. Casqué, harnaché, sanglé, paré de mousquetons, Xavier Blanquer, inspecteur des installations classées à la Dréal* s'apprête à prendre de la hauteur. Âme sensible au vertige, s'abstenir. À ses côtés, trois techniciens de la société Engie Grenn, dont le service de maintenance est basé à Lorient pour tout l'ouest de la France, vont lui prêter main forte. C'est exploitant du site, il est aussi leader sur le marché national. Après une matinée consacrée au passage en revue des documents administratifs du parc, fort de ses quatre éoliennes, seule l'une d'entre elles sera inspectée l'après midi. Et ce, de haut en bas, et à 100 m de hauteur pour le rotor et son ingénierie. Pour en vérifier la conformité, sa mise à l'arrêt est nécessaire, pilotée à distance, depuis le centre opérationnel pour toute la France, de Châlons-en-Champagne, dans la Marne.

À 14h15, c'est chose faite, l'ascension peut commencer, à pied, puis en monte-charge, depuis l'intérieur du mât.

Une opportunité de développement ?

Considérées comme établissements à risques depuis 2011, les éoliennes dépendent de la nomenclature des installations classées et de ses obligations légales, ne pouvant être implantées à moins de 500 m de toute habitation. "60 % du parc morbihannais a déjà été inspecté", campe Yannig Gavel, chef d'unité départementale du Morbihan à la Dréal, "aucune anomalie n'a été constatée dans ces 18 derniers mois", note-t-il, vigilant. Rapports de maintenance, interventions et mises à l'arrêt, tout est passé au crible, y compris l'impact sonore par mesure du bruit résiduel de nuit et de jour, ou environnemental pour l'avifaune par exemple. "Une des quatre éoliennes, celle dans le bois, est arrêtée la nuit, d'août à octobre, afin de réduire l'impact sur les chauves-souris", pointe Cedric Barary, en charge de la biodiversité chez Engie Green. "Les études d'impact permettent d'identifier les risques, nous complétons par des suivis d'espèces qui sont préconisées, des tests", rassure-t-il.

Reste que face à des installations qui ont le vent en poupe, souvent considérées par les collectivités comme de nouvelles sources de subsides (lire encadré), des oppositions s'élèvent par crainte des nuisances engendrées. Dans le centre et au nord du Morbihan, "dix nouveaux projets de parcs sont à l'étude. Ce peut être une opportunité de développement pour les territoires", ne cache pas Yannig Gavel, de la Dréal, "mais la concertation doit primer, il n'y aura pas de passage en force".

 

* Dreal, direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement en Bretagne. Ses unités départementales ont aussi pour mission de contrôler les installations classées mais avant tout d'instruire des dossiers d'implantation

L'éolien terrestre

Connue pour ses vents, la Bretagne est devenue la 3e région française en matière d'implantation d'éolien terrestre. En 2010, la puissance installée était de 652 mégawatts (MW) pour un parc de 418 machines sur 107 sites. En 2017, on comptabilise 161 parcs (4 à 6 éoliennes par parc) pour près de 950 MW produits sur les 1 525 MW de puissance maximale potentielle sur les zones de développement de l'éolien recensées. En Morbihan, 180 éoliennes ont vu le jour sur 39 parcs pour une puissance de 320 MW. 10 projets de parcs sont en cours.

En matière de production éolienne, la France produit 12 000 MW à
partir d'un parc de près de 6 000 éoliennes posées à terre, soit 25 % de la puissance électrique renouvelable installée en France. Les objectifs fixés par la loi sur la transition énergétique visent une puissance installée de 15 000 MW fin 2018 et près de 22 000 MW en option basse fin 2023.
Son gisement éolien est important, c'est le 2e d'Europe après la Grande Bretagne.

"Compenser la baisse des dotations"

"L'électricité éolienne, c'est une richesse pour nos territoires", estime pour sa part Bernard Le Breton, maire de Radenac qui compte 1 050 administrés. Avec ses quatre éoliennes installées en 2013, bientôt cinq, ce parc produit 18 millions de kWh et 1,4 million d'euros de chiffre d'affaires, permet d'économiser 13 000 t de CO2 et rapporte au total 80 000 euros de taxes aux collectivités dont 40 000 euros à la communauté de communes, 26 000 euros au conseil départemental et 14 000 euros à la commune. Une manne. Pour une emprise de 2 000 m² par éolienne, le bail de 50 ans signé avec le propriétaire privé du terrain, génère un loyer de 3 000 euros par MW installé. "C'est un moyen de compenser la baisse des dotations de l'État", ne cache pas l'édile locale qui espère l'extension du parc à une cinquième unité. "On est obligé de trouver de nouvelles ressources. Il en va aussi de l'intérêt général avec une énergie beaucoup moins polluante. On s'est engagé dans cette voie", pointe-t-il notant la couverture des ateliers municipaux par des panneaux photovoltaïques ou encore, le chauffe eau solaire du vestiaire du terrain de foot ou encore le projet de parc photovoltaïque au sol "sur d'anciennes sablières" pour compléter un panel de sources "d'énergies beaucoup plus propres que les énergies fossiles", argumente-t-il face aux oppositions qui s'élèvent.

 


Comment ça marche

Pour convertir l'énergie cinétique du vent en énergie mécanique puis en énergie électrique, le dispositif de l'éolienne repose sur des pales (entre 40 et 60 m chacune) perchées en haut d'un mât (80 à 100 m) mises en rotation par le vent autour d'un moyeu qui entraîne turbine et génératrice produisant de l'électricité. Chaque éolienne suivant sa hauteur (entre 120 et 155 m) et la taille de son rotor (80 et 110 m de diamètre) développe une puissance variant entre 2 et 3 MW, soit 4 200 MWh ou 6 300 MWh d'électricité produite, la consommation annuelle d'électricité de 800 ou 1 200 ménages.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui