Terra 28 août 2013 à 14h01 | Par Jean Dubé

Pierre-Yves Lozahic Amice-Soquet : « Je suis très inquiet »

Pierre-Yves Lozahic est éleveur de volailles dans les Côtes d'Armor et suit particulièrement le dossier Amice-Soquet pour la FRSEA Bretagne. Alors que l'audience du Tribunal du 9 septembre se rapproche et que les déclarations individuelles de créance s'organisent sur le terrain, nous avons sollicité Pierre Yves Lozahic pour avoir sa vision de ce dossier difficile.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Terra

Amice-Soquet a déposé son bilan le 1er Juillet 2013. A-t-on aujourd'hui une vision un peu plus claire de la situation de l'entreprise ?

 

Pierre Yves Lozahic : Non, pas vraiment. Nous n'avons toujours pas accès aux données dans la mesure où les contrôleurs n'ont pas encore été nommés.  Nous avons pris contact avec un avocat, Maitre Prigent, pour défendre les éleveurs avec la FNSEA et la FRSEA  pour qu'il prenne en charge ce dossier rapidement.

 

Quelle est la situation des éleveurs ?

56 éleveurs seraient concernés. Ils sont répartis sur 6 départements, essentiellement en Côtes d'Armor,  et dans les départements 29, 56, 35 et 53 ainsi que quelques producteurs en 49.

On parle d'Amice Soquet mais il existe plusieurs sociétés, France Dinde pour la dinde, Amice Soquet pour la poule repro. les poulettes, et Anjou accouvage. Les éleveurs sont la plupart du temps intégrés.

On sait aujourd'hui que la créance la plus importante représenterait de l'ordre de 75 000 €.

Les FDSEA mettent en place une aide pour faire des déclarations individuelles de créance , mais il n'est pas encore possible d'avoir une vision globale de la situation des créances des éleveurs.

Notre objectif, avec la FNSE A et la FRSEA est bien-sûr de faire en sorte que les éleveurs récupèrent le maximum de leur créance. Nous avions réussi dans le cadre du dossier Doux à séquestrer la vente du cheptel vif pour payer la créance des éleveurs. Ce sera notre objectif dans ce dossier, et nous nous y emploierons dès que l'on connaîtra la créance réelle des éleveurs.

 

Pour cela, vous organisez actuellement des rendez-vous sur le terrain avec des juristes. ?

Dès que nous avons eu eu l'information du dépôt de bilan, nous avons fait une première réunion a Plérin, pour regrouper les éleveurs. Une seconde a été organisée à Loudéac avec Maitre Prigent, la FNSEA et les éleveurs. Ces derniers sont aidés individuellement pour la constitution des déclarations de créance.  Ils sont aussi accompagnés dans des démarches individuelles vis a vis des banques, des assurances, de la MSA, et pour obtenir des étalement d'échéances.

Cela ne solutionne pas le problème mais cela peut aider à passer le cap.

 

 

Quelles sont les échéances maintenant , et quelle issue voyez-vous à ce dossier ?

Il y  aura une audience au tribunal le 9 septembre. On en saura un peu plus ce jour-là.

Les repreneurs éventuels peuvent déposer leurs offres et les améliorer jusqu'au 6 septembre.

Je suis pour ma part assez inquiet.  Pour Amice Soquet, je pense que des solutions pourront être trouvées mais, pour France Dinde, du fait de la situation de la filière dinde aujourd'hui, cela risque d'être  plus compliqué. En volaille de chair, les éleveurs peuvent changer d'intégrateur. En dinde repro, cela paraît beaucoup plus complexe. J'espère, et c'est aussi le souhait de Jean-Jacques Amice avec lequel nous sommes en relation, que soit trouvée une structure sur laquelle s'appuyer, s'adosser.  Mais nous ne savons pas du tout ce qui se passe aujourd'hui puisque les contrôleurs n'ont pas été désignés et qu'il n'est pas possible d'avoir une vue de la procédure et des démarches engagées. C'est notre priorité aujourd'hui avec l'ambition de récupérer le maximum de la créance des éleveurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui