Terra 10 août 2017 à 08h00 | Par Agra

Pommes de terre : la hausse de la consommation mondiale profitera à l’UE

Selon une étude, la consommation mondiale de pommes de terre devrait progresser d’ici 2025. L’Union européenne en tirera profit, en augmentant ses exportations de pommes de terre transformées. La France elle, devrait voir ses exportations de pommes de terre fraîches augmenter, mais un nouveau concurrent lui fera face : la Pologne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La France devrait augmenter de 500 000 t ses exportations, à destination du grand export mais aussi pour alimenter des usines de transformation du nord de l’UE, notamment la Belgique.
La France devrait augmenter de 500 000 t ses exportations, à destination du grand export mais aussi pour alimenter des usines de transformation du nord de l’UE, notamment la Belgique. - © Gabriel Omnès

La consommation mondiale de pomme de terre devrait augmenter de 32 Mt en frais (+ 17 %) et de 17 Mt en transformé (+ 35 %) d’ici 2025, du fait principalement de la croissance démographique, avec 95 % de cette hausse en Afrique et en Asie. C’est ce qui ressort d’une étude réalisée par l’Union nationale des producteurs de pommes de terre et FranceAgriMer qui a été présentée en juillet. De plus, la hausse de la population urbaine devrait faire augmenter la part de la consommation de pomme de terre transformée de 20 %. Selon la simulation, l’Afrique du Nord (surtout l’Égypte), l’Amérique du Nord et l’UE resteront excédentaires alors que les autres grandes régions du monde devront importer davantage. La forte hausse de la demande des pays émergents en produits transformés devrait rester le moteur principal de la croissance du commerce mondial.

L'Europe grand bénéficiaire du nouvel équilibre

Dans ce contexte, l’Europe verrait ses exportations de pommes de terre transformées passer de 2,4 Mt à 5,4 Mt et serait le grand bénéficiaire de ce nouvel équilibre, explique l’étude. Pour répondre à la demande, les volumes de pommes de terre transformées devraient ainsi augmenter dans l’UE d’au moins 4 Mt, passant de 16 à 20 Mt (+ 27 %) d’ici 2025. "À 80 %, cette hausse sera assurée par les producteurs historiques de l’UE, c’est-à-dire la Belgique, les Pays-Bas, l’Allemagne mais aussi la France et la Pologne", a précisé Philippe Bureau, de l’institut Idari qui a réalisé l’étude. Quant aux exportations de pommes de terre transformées, la Belgique et les Pays-Bas, qui sont déjà les plus gros exportateurs de l’UE, seraient les grands gagnants car ils connaîtraient une très forte augmentation de leurs exportations. La Pologne et l’Allemagne verraient aussi leur solde commercial augmenter. Quant à la France, l’étude prévoit la construction d’une usine supplémentaire de transformation de pommes de terre dans l’hexagone, ce qui lui permettrait de réduire son déficit commercial en pommes de terre transformées de 700 000 t à 200 000 t.

Il faudra fournir encore plus la Belgique

Concernant les pommes de terre fraîches, la France devrait augmenter de 500 000 t ses exportations, à destination du grand export mais aussi pour alimenter des usines de transformation du nord de l’UE, notamment la Belgique qui devrait augmenter de 700 000 tonnes ses importations de pommes de terre fraîches ! Les autres pays exportateurs de pomme de terre fraîche sont l’Allemagne, mais aussi la Pologne qui deviendrait un exportateur net de façon structurelle, alors qu’elle est déficitaire aujourd’hui. "Selon notre étude, la Pologne devrait devenir un concurrent direct de la France", venant s’ajouter à l’Allemagne, a alerté Philippe Bureau.

Concernant les exportations pays tiers, le Moyen-Orient et dans un degré moindre l’Afrique de l’Ouest et l’Asie du Sud-Est, semblent être les meilleures opportunités pour le marché français. L’Égypte pourrait cependant faire de la concurrence à la France.

 

La consommation en chiffres

La consommation mondiale de pommes de terre est de 34 kg par habitant et par an, dont 6,9 kg transformées (+50 % en dix ans) et 27,2 kg en frais. À l’horizon 2025, elle passerait à 35,7 kg/hab/an, avec une hausse sous forme transformée (8,2 kg).

La consommation en Europe est de 64 kg/hab/an dont 37 kg en frais et 27 kg trans- formées. À l’horizon 2025, on s’attend à une baisse à 61,3 kg, avec une baisse de la part en frais (31,2 kg) au profit des produits transformés (30,1 kg).

Aux États-Unis, la consommation globale en 2011-2013 est moindre (52 kg/hab/an) mais avec une part prépondérante de pomme de terre transformée (36 kg).

En Afrique du Nord, la consommation globale est de 45 kg/hab/an, essentiellement en frais (43 kg).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui