Terra 08 janvier 2016 à 08h00 | Par Arnaud Marlet

Pour le département, 2016 sera une année de transition

Le président du Conseil départemental, Jean-Luc Chenut s'est plié ce mardi 5 janvier à la traditionnelle cérémonie des voeux à la presse. Il annonce pour l'institution qu'il préside une année, non pas de rupture, mais de transition.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le président Jean-Luc Chenut, entouré d'élus du Conseil départemental, a adressé ses voeux à la presse.
Le président Jean-Luc Chenut, entouré d'élus du Conseil départemental, a adressé ses voeux à la presse. - © A.M

Entre éléments de contextes nationaux et locaux, ce qui est certain c'est que l'année 2016 constituera une nouvelle page à écrire pour un conseil départemental qui a vu près de la moitié de ses élus renouvelés lors des dernières élections, avec une équipe rajeunie (49 ans de moyenne d'âge) et féminisée grâce à la parité. "Une opportunité démocratique, une chance de renouveler nos modes de fonctionnement", juge à ce sujet Jean-Luc Chenut. Pour la première fois, les élus ne seront plus soumis au vote par moitié tous les trois ans, "ce qui nous apporte plus de lisibilité", a souligné le président du Conseil départemental. Et d'ajouter "Nous avons choisi pour 2015 et le premier trimestre de cette nouvelle année de nous consacrer à la construction de notre projet stratégique, en y mettant plus de collégialité et plus de partage".

Solidarités humaines et territoriales

Si en 2016, les solidarités humaines et territoriales seront toujours au coeur des actions du Conseil départemental, l'évolution des compétences, à travers la loi NOTRe, impose aux départements des ajustements, parfois conséquents. Transports, économie, agriculture... Quels dispositifs le Conseil départemental sera susceptible de continuer à accompagner ? Pour autant, Jean-Luc Chenut a souligné que "le département n'est pas en compétition avec la Région ou la Métropole, et nous avons un positionnement qui nous est propre". C'est notamment toutes ces évolutions qui font dire au président du conseil départemental, que l'année 2016 "sera une année de transition et non de rupture".

Pour les départements, la grande question sera cette année le mode de financement de ces structures. Un enjeu national même, car d'un côté les dotations budgétaires de l'Etat sont en baisse, quand dans le même temps, les dépenses incompressibles liées à la solidarité, comme le RSA, l'Apa... sont elles en hausse. Un nouveau modèle économique viable doit donc être trouvé. Et cette question bien sûr concerne tous les départements et pas seulement l'Ille-et-Vilaine.
"Nous sommes en première ligne sur la question du bien vivre ensemble car la majorité de nos actions concernent la solidarité. C'est une fierté d'assumer les missions qui sont les nôtres et c'est aussi pour nous un enjeu démocratique de mieux faire connaître nos actions qui touchent le quotidien des brétiliens", a conclu Jean-Luc Chenut.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui