Terra 11 juillet 2012 à 17h41 | Par Claire Le Clève

Récoltes : la chaleur se fait attendre

De l'eau en suffisance, de l'herbe en abondance et des céréales dont les grains se remplissent... C'est sans compter la chaleur, grande absente. Or sans elle et sans fenêtre météo, c'est la plaie pour mener à bien les récoltes de foin, de colza et d'orge. Si rien n'est encore perdu en céréales, les jours prochains sont déterminants.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La carte présente les sommes de températures en base 6°C à partir du 1 mai 2012 pour la Bretagne. Il s'agit donc d'un cumul de températures efficaces pour le maïs (température moyenne - 6 °C). Les besoins pour amener un maïs fourrage à maturité (32-33 % de MS) sont d'environ 1 400 à 1 500 °C pour les variétés précoces. Attention, pour un semis du 20-25  mai, il faut retrancher environ 200 °C aux températures indiquées.
La carte présente les sommes de températures en base 6°C à partir du 1 mai 2012 pour la Bretagne. Il s'agit donc d'un cumul de températures efficaces pour le maïs (température moyenne - 6 °C). Les besoins pour amener un maïs fourrage à maturité (32-33 % de MS) sont d'environ 1 400 à 1 500 °C pour les variétés précoces. Attention, pour un semis du 20-25 mai, il faut retrancher environ 200 °C aux températures indiquées. - © terra
- Herbe : l'année est bonne pour sa production partout en Bretagne. "C'est bien, il y a de l'herbe, les gens qui savent la gérer font du lait à pas cher", apprécie Rémy Hardy depuis son poste d'observation de la chambre d'agriculture basé à Ploërmel (56). Le problème, c'est sa valorisation. L'année 2012 n'aura pas été une année à foin. "C'est l'ensileuse qu'il fallait lui préférer car, pour faire de l'herbe, il faut du doigté, de la réactivité et savoir changer son fusil d'épaule", poursuit ce technicien.
- Foin :  "Il en reste à faire, peut-être le quart ou le tiers n'ont pas pu faire leur première coupe", relève Rémy Hardy pour l'ensemble des départements bretons.  Et pour tous ces foins non faits, la qualité ne sera pas au rendez-vous pour cause d'épiaison et de mauvaise paille. "Quand les premières coupes ont pu être réalisées, il n'y a rien de perdu, avec de bonnes repousses", pointe-t-il.
- Orge et colza : "ça se présente assez bien, même si la pression des maladies en  fin de cycle a été plus forte en raison de l'humidité, les agriculteurs ont procédé aux traitements nécessaires", résume Louis Le Roux, conseiller agronomie cultures à la chambre d’agriculture du Finistère. Les orges sont désormais mûres et le colza idem. Mais les récoltes n’ont pas débuté. "Il faut désormais du beau temps pour les commencer". La fenêtre météo pourrait enfin devenir favorable dès la semaine prochaine.
- Blé : Sa récolte devrait en toute logique suivre celle de l'orge et du colza. "Ça mûrit bien. Des températures au delà de 25 °C sont défavorables à la maturation des céréales", précise Louis Le Roux. Le remplissage des grains se fait donc correctement cette année. Une recrudescence de maladies de fin de cycle est également à noter avec de fortes attaques de septorioses et de grillures polliniques qui ont pu inquiéter. "Les parcelles virent alors au marron. Quand ces grillures arrivent tardivement, ce n'est pas trop grave", relativise ce spécialiste.
- Maïs : le retard de croissance observable sur le maïs, à des degrés divers suivant la date du semis, aura des répercussions sur sa date récolte. "On le sème généralement entre le 20 avril et le 10 mai. Là, peu de parcelles l'ont été avant le 15 mai.  On a 15 jours à 3 semaines de retard", pointe Louis Le Roux. Pour arriver à maturité en obtenant un fourrage dont la teneur en matière sèche sera comprise entre 32 et 35 %, il faut environ 1 500 degrés jours (base 6 °C) pour des variétés de précocité intermédiaire. Et si le sud-est est un peu mieux loti que le nord-ouest (voir carte jointe), le cumul des sommes de température reste toujours faible. Sans être devin, il est difficile d'envisager des récoltes précoces cette année. La date de floraison (50 % des soies sorties) devrait apporter la confirmation. "La récolte intervient 2 mois à 2,5 mois après la date de floraison. Aussi, fin juillet début août, on aura une idée plus précise des choses,  estime-t-il,  compte tenu des dates de semis tardives et des conditions actuelles fraîches, le potentiel de rendement est déjà altéré. On peut évoquer 10 à 15 % de baisse prévisionnelle à ce jour". Dans tous les cas de figure, la chaleur est attendue.
Claire Le Clève
- © terra

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui