Terra 20 février 2013 à 14h45 | Par Christian Veillaux

Reconversion en race Salers

La reconversion : tel était le thème de la porte ouverte organisée par l’association Salers de l’Ouest le 14 février dernier. Christophe et Pierrette Rublier ont témoigné de leur expérience d’anciens producteurs laitiers en Mayenne. Ils sont aujourd’hui à la tête d’un troupeau de 70 vaches salers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour Christophe Rublier, qui a converti son élevage en 2008, "le premier critère de sélection reste la docilité". © TERRA L’âge au premier vêlage est inférieur à 32 mois chez 13 % des éleveurs Salers. Chez Christophe et Pierrette Rublier, les vêlages ont lieu en automne et au printemps, ce qui permet de faire vêler les g © François d'Alteroche
Soixante éleveurs des Pays de la Loire et de Bretagne étaient présents à la porte ouverte organisée par l’association Salers de l’Ouest à Montourtier (53). Christophe et Pierrette Rublier ont raconté leur reconversion en vaches allaitantes. Installé sur l’exploitation parentale sur 36 ha, l’élevage est orienté exclusivement vers la production laitière. Suite à un agrandissement, quelques bœufs normands sont produits sur les surfaces qui ne peuvent pas être valorisées en céréales. En 2006, l’exploitation dispose d’une référence laitière d’environ 270 000 l sur 82 ha. C’est l’année d’achat des premiers lots d’animaux de race Salers. "La race me plaisait bien, j’avais déjà produit quelques taurillons Salers. Je voulais une race qui vêle facilement, précise l’éleveur. En 2008, nous prenons la décision de changer de production et de demander à échanger notre quota laitier contre des primes vaches allaitantes. Nous avions un gros investissement à réaliser pour mettre aux normes notre bâtiment laitier et améliorer nos conditions de travail".

Difficile de constituer un troupeau homogène…

Une fois le dossier accepté par l’administration en janvier, il a fallu trouver rapidement des vaches et des génisses afin de pouvoir honorer les primes obtenues pour le mois d’avril. Les achats ont été réalisés dans le Cantal pour la majeure partie des animaux par l’intermédiaire d’Agrial et dans quelques élevages en Mayenne et en Ille-et-Vilaine. "Le délai est court, déplore Christophe Rublier.  Les vaches provenaient de plein d’élevages. Elles n’avaient pas l’habitude d’être ensemble. Nous avons des soucis lors des mises en lots. Je n’avais pas été suffisamment vigilant sur le plan sanitaire. Pour me rassurer, je suis rentré dans le plan paratuberculose et je fais la recherche de la BVD". Des propos corroborés par des participants ayant vécu des situations analogues. "J’ai fait la demande trois ans de suite avant d’être accepté. C’est difficile d’anticiper dans ces conditions", s’agace l’un d’entre eux.


Recours à l’insémination

Les vêlages ont lieu en automne et au printemps. Cette conduite en double période permet de faire vêler les génisses à 30 mois. Les génisses et les vaches vêlant à l’automne sont inséminées en race Salers. "J’ai acheté des vaches âgées. Il faut que je renouvelle rapidement. Mais mon premier critère de sélection reste la docilité", précise Christophe.
Adhérent à Bovins croissance (Clasel), tous les veaux sont pesés. "Cela permet de mieux connaître le potentiel génétique des animaux et facilite le plan d’accouplement", fait remarquer Lionel Guerin, technicien du Herd Book Salers. Trois taureaux d’insémination seulement sont utilisés dans cet élevage afin de créer un cheptel plus homogène.
Enfin, Christophe et Pierrette Rublier appliquent partiellement la méthode de dressage développée par Messieurs Souvignet qu’ils ont découverte lors d’une formation. "Nous attachons et manipulons les génisses après sevrage pendant trois jours. Elles s’en souviennent et sont moins craintives par la suite".

Christian Veillaux

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui