Terra 13 octobre 2017 à 08h00 | Par Bruno Gauthier, animateur FDSEA 35

Retraite : obtenir l'alignement sur le régime général

La section régionale des anciens exploitants de la FNSEA s’est réunie à Loudéac pour faire le point sur le dossier des retraites agricoles, et définir les actions à mener dans les prochaines semaines. Marie-Thérèse Legall, du Finistère, est la représentante bretonne à la section nationale, Irène Gesny des Côtes d’Armor, sa suppléante.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Marie-Thérèse Legall et Irène Gesny, représentantes bretonnes à la section nationale des anciens exploitants FNSEA.
Marie-Thérèse Legall et Irène Gesny, représentantes bretonnes à la section nationale des anciens exploitants FNSEA. - © Terra

Quels sont les dossiers de la rentrée pour la section régionale ?

Marie-Thérèse Legall. Dans tous les départements bretons, les sections rencontrent actuellement les députés pour le projet de loi de finances mi-octobre et la réforme des retraites en janvier. Nous avons souhaité leur expliquer la réalité de la situation des anciens agriculteurs : souvent plus de quarante ans de travail pour 840 euros pour les hommes et beaucoup moins pour les femmes. C’est en dessous du seuil de pauvreté, et c’est indigne de notre pays. Nous avons contribué à la richesse de notre pays, nous avons soutenu le panier de la ménagère et aujourd’hui nous avons l’impression de faire l’aumône quand nous réclamons 85 % du Smic soit 1 000 euros environ.

La réforme de la CSG va-t-elle impacter les retraités agricoles ?

Irène Gesny. Pour l’instant, le projet prévoit une augmentation de la CSG pour ceux qui sont soumis à une taxation à 6,6 %. On parle bien d’une hausse pour des personnes ayant un revenu de référence supérieur à 14 404 euros pour une personne seule ou 22 095 euros pour un couple. Et comme on parle bien de revenu et pas de retraites, certains agriculteurs peuvent être concernés. Bien sûr c’est un projet, et rien ne dit que les assiettes ou les taux ne vont pas changer. La vigilance est donc de mise.

Les agriculteurs en activité doivent-ils être inquiets pour leur retraite ?

M-T. L. Oui, les actifs d'aujourd'hui peuvent être inquièts si nous ne sommes pas combatifs et force de proposition sur le sujet de l'avenir des retraites. Le gouvernement va attaquer le chantier de la réforme des retraites en janvier. La FNSEA sera en première ligne pour obtenir enfin l’alignement du régime agricole sur le régime général, avec le calcul sur les vingt-cinq meilleures années. Nous serons aussi force de proposition pour que les agriculteurs soient certains que chaque euro cotisé leur revienne. Il faut aussi comprendre qu’éviter de payer des cotisations MSA, c’est se pénaliser pour l’avenir.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui