Terra 15 décembre 2015 à 08h00 | Par Hélène Bonneau

S'engager pour assurer sa compétitivité

La FDSEA a lancé ses assemblées cantonales. L'objectif : faire le point sur les filières et coordonner les actions syndicales.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Hervé Pillaud, éleveur bovin et président de Vendée réseaux sociaux, et Serge Le Doaré, président de l'union cantonale FDSEA de Quimper.
De gauche à droite : Hervé Pillaud, éleveur bovin et président de Vendée réseaux sociaux, et Serge Le Doaré, président de l'union cantonale FDSEA de Quimper. - © Hélène Bonneau

Trente-cinq réunions sont organisées à travers le département, dont une à Pluguffan, direction l'aéroport. Serge Le Doaré, président de l'union cantonale, aborde le très controversé dossier des contrats laitiers vendus sur "le bon coin". "Au-delà des problèmes juridiques que ces ventes soulèvent, c'est le problème des prix différenciés A, B et C qui se pose", explique l'élu départemental, présent également au bureau de la FNPL. La filière porc est également au coeur des préoccupations. "Si le prix plancher de 1,40 euro de cet été s'est révélé bénéfique pour les exploitations, il faut aujourd'hui recoller à la réalité. Nous avons besoin d'une stratégie de l'Etat, un soutien, une ambition pour l'agriculture", plaide la quinzaine d'éleveurs présents.

Le numérique : un outil à s'approprier

Dans un contexte économique tendu, le conseil d'administration de la FDSEA 29 a souhaité faire intervenir des invités sur des thématiques qui ouvrent sur des perspectives positives. Hervé Pillaud, éleveur bovin et président de Vendée réseaux sociaux, s'est exprimé sur le numérique et sur la nécessité pour les agriculteurs de s'emparer de cette technologie. Et d'expliquer que "le numérique n'est pas une affaire de technologie mais un changement anthropologique". Un changement qu'il qualifie de "révolution qui peut permettre aux agriculteurs -s'ils s'en emparent- d'augmenter leurs performances, de diminuer la pénibilité au travail, de faciliter les échanges et d'assurer un revenu décent". Un programme réjouissant donc mais qui nécessite une implication à long terme. Hervé Pillaud propose "un partage des données à grande échelle et la création d'algorithmes permettant de les analyser".

Réseaux sociaux : le Finistère en tête

Depuis 2006, le conseil d'administration de la FDSEA mise sur l'émergence de l'information numérique avec la création d'un site Internet. Précurseurs, dans le milieu agricole, les élus se sont aussi impliqués sur Twitter, véritable plate-forme d'influence (2012) et sur Facebook (2015) avec la volonté de diffuser leurs idées, de créer du lien entre agriculture et société. Une ouverture d'esprit qui est aujourd'hui devenue une marque de fabrique.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui