Terra 29 octobre 2015 à 08h00 | Par Jean Dubé

Simplifier la vie des gérants de collectivités

Patrick Giboire préside depuis 2015 l'association Coop d'ici, créée en 2013. Le but de Coop d'ici est de proposer aux gestionnaires de restaurants de collectivités les produits du département et des départements limitrophes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Patrick Giboire, président de Coop d'Ici. © Terra Stéphane Letue, directeur de Janzé Volailles. © Terra

Cinq coopératives se sont au départ regroupées. Ce sont CPVB, (Coopérative de production et de vente de bétail) à Fougères, Terres de St Malo (légumes), Solarenn (toma-
tes), Ovi ouest (moutons), Janzé (volailles).

Pour Patrick Giboire, la volonté "politique" de manger français existe, "mais les actes ont du mal à suivre" ajoute-t-il. Certains grands opérateurs ont accepté de jouer le jeu comme le groupe Ansemble pour son restaurant d'entreprise à Rennes mais, globalement, cela reste difficile.

Coop d'ici représente 600 producteurs en Ille et vilaine et
700 salariés dans les coopéra-
tives.

Stéphane Letue, directeur des Poulets de Janzé, explique que le rôle de Coop d'ici est de répondre aux attentes de la collectivité, en simplifiant le travail de ceux qui passent les marchés. Il s'agit de proposer une organisation et une logistique pour permettre à l'acheteur de trouver les produits frais locaux avec un processus d'achat simple. Coop d'ici propose bien-sûr les produits des 5 coop. Mais va aussi démarcher les producteurs locaux individuels, qui sont capables de fournir des produits. 7 camions livrent
et collectent dans les collectivités du département. "On passe dans toutes les communes entre une fois et 5 fois par semaine".

L'essentiel est d'apporter un choix de gamme. "À 1,40 € de matière première pour un repas, si on ne propose que du label rouge et du bio, on ne répond pas aux exigences". Il s'agit donc de pouvoir proposer aussi du "conventionnel" et de répondre à une question essentielle : "mais d'où vient ce produit ?". Même avec un budget serré, on doit proposer du conventionnel de la région. "Notre local, c'est au plus près".

Pour la viande, où les filières longues sont plus organisées, le périmètre d'approvisionnement est élargi à la Bretagne, aux Pays de Loire et à la Normandie. En volaille, et pour chaque produit, on est capable de dire d'où il vient et de l'écrire. Il faut pouvoir proposer une gamme large, et un approvisionnement régulier. La question de la gestion des délais est essentielle pour un acheteur de collectivité.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui