Terra 28 janvier 2016 à 08h00 | Par Chantal Pape

Travaillez en réseau !

Avec le développement d'Internet, les réseaux fleurissent pour vendre, acheter, partager ou échanger. Qu'ils soient physiques ou virtuels, les agriculteurs ont tout à y gagner !

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Terra

Des réseaux ? L'agriculture n'a pas attendu Facebook ou Twitter pour les utiliser ! "Les Cuma, les associations de remplacement, les groupements d'achat, les coopératives sont des réseaux", rappelle CER France Finistère, qui en a fait le thème de ses assemblées locales, cet hiver, témoignages à l'appui. Des réseaux qui vont aider les agriculteurs à vendre et acheter mais aussi échanger ou partager du matériel, des informations...

Vendre

C'est pour peser plus sur le marché que Sylvain Lespagnol, aquaculteur bio installé à Sainte Sève, a rejoint la coopérative des aquaculteurs bretons. "Elle me permet de me concentrer sur la production, sans être obligé d'investir dans un atelier de transformation". Et regrouper une quinzaine d'adhérents et une trentaine de sites de production lui donne suffisamment de poids pour négocier de meilleures conditions d'achat des intrants. "Des agriculteurs se regroupent aussi pour créer des plateformes de vente sur Internet", rajoute Jean-Michel Le Vaillant, directeur d'agence CER France Finistère, qui conseille de prêter attention à la qualité des associés et au cadre juridique.

Financer

Parmi les opportunités qu'offre Internet, les agriculteurs peuvent y trouver une nouvelle source de financement via le crowdfunding, où ce sont les particuliers qui avancent de l'argent pour des projets dans lesquels ils croient. "Ça marche relativement bien pour de projets novateurs", souligne Jean-Michel Le Vaillant. La toile et ses réseaux permettent aussi d'acquérir, souvent à moindre coût et d'un seul clic, des biens ou des services. "Il faut veiller à la sécurisation des transactions. Et au service après-vente".

Partager

Les réseaux peuvent aussi servir à partager une voiture, du matériel de bricolage, un tracteur, une remorque..., "des choses qu'on n'utilise pas au quotidien, pour en alléger le coût". Ou à échanger informations et compétences, comme Facebook, Twitter ou les Mooc, ces cours disponibles en ligne sur les sujets les plus variés.

Mais les réseaux peuvent aussi être physiques, comme Le Kleub, qui réunit régulièrement les entrepreneurs de la communauté de communes de Lanvollon-Plouha (22). "Une occasion unique de rompre l'isolement et d'échanger avec d'autres artisans-commerçants, sans jugement ni a priori", reconnaît cette coiffeuse. Un avis que partage Gilles Le Roy, producteur de lait. "J'y rencontre des gens que je n'aurais jamais eu l'occasion de croiser". "À chacun son réseau, résume CER France Finistère. À vous de sélectionner celui qui vous convient".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui