Terra 04 janvier 2016 à 08h00 | Par Chantal Pape

Un accident est si vite arrivé...

Un accident, une maladie ou un décès peuvent vite tourner à la catastrophe s'ils n'ont pas été anticipés. Qui va se charger du travail ? Comment payer le remplaçant ? En combinant leurs offres, Finistère remplacement et Groupama permettent aux chefs d'exploitation d'avoir l'esprit tranquille.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Barbara Revolt, responsable du secteur Centre à Finistère remplacement, Jean-Alain Péron, agriculteur à Plonévez-Porzay, Bruno Paul, chargé d'affaires agricoles à Groupama, et David Le Brun, salarié Finistère remplacement.
De gauche à droite : Barbara Revolt, responsable du secteur Centre à Finistère remplacement, Jean-Alain Péron, agriculteur à Plonévez-Porzay, Bruno Paul, chargé d'affaires agricoles à Groupama, et David Le Brun, salarié Finistère remplacement. - © Chantal Pape

 

"J'étais en train de couper une branche. Un outil mal façonné et me voilà en arrêt pour un mois et demi". Producteur de lait et engraisseur de porcs à façon, Jean-Alain Péron vient de se sectionner un tendon de la main. Nous sommes fin octobre, les chantiers d'ensilage de maïs se profilent... La tuile !

 

Dès le lendemain

 

Installé à Plonévez-Porzay, il a rejoint Pascale Floch'lay, son épouse, sur la ferme familiale il y a 4 ans. Une ferme qui fait régulièrement appel à Finistère remplacement, "pour le congé maternité de Pascale et ses mandats, pour nos congés".

David Le Brun, qui connaît déjà l'exploitation, arrive donc dès le lendemain matin pour pallier à l'absence de Jean-Alain. "Et, sur un prix de journée de 155 €, 101 € sont pris en charge par Alterre Ego", explique Barbara Revolt, responsable du secteur Centre à Finistère remplacement.

Proposée par Groupama au tarif de 706 €, cette assurance de groupe intervient dès le premier jour en cas de décès, le second en accident et le 5ième en maladie. "Et seul le reste à charge est facturé à l'agriculteur".

 

4 arrêts de travail

 

L'accident ou la maladie n'arrivent pas qu'aux autres. "Tout au long de sa carrière professionnelle, un agriculteur subit en moyenne 4 arrêts de travail, pour une durée moyenne de 41 jours à chaque fois", chiffre Finistère remplacement. Des arrêts qui peuvent mettre en péril l'exploitation, si le remplacement n'a pas été anticipé.

"En général, les agriculteurs n'hésitent pas à bien assurer leur tracteur, constate Bruno Paul. Il faut qu'ils aient le même réflexe pour eux". Et le chargé d'affaires agricoles à Groupama de leur conseiller d'opter pour une assurance complémentaire à Alterre Ego, qui viendra compléter les indemnités journalières, pour une meilleure couverture du remplacement. "Elle pourra aussi indemniser une invalidité et verser un capital en cas de décès, notamment pour couvrir le risque fiscal".

Les garanties sont modulables en fonction de l'âge, des productions, de la situation familiale... "L'adhésion se fait à la carte, selon les besoins de chacun". Des besoins qui évoluent au fil de la carrière. "Il ne faut donc pas hésiter à faire le point régulièrement".

Même s'il constate "une meilleure couverture depuis 15 ans", Finistère remplacement ne peut qu'inciter les agriculteurs à souscrire à ce type d'assurance. "En cas de pépin, ils n'ont plus qu'à penser à eux. Pas à se casser la tête avec ce qui se passe sur la ferme, puisque le coût du remplaçant est pris en charge".

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui